Égypte : les Américains  ont formé les dissidents

le
0
Les États-Unis leur ont apporté une assistante discrète pour qu'ils puissent s'organiser contre le régime de Moubarak.

Ahmed Salah est sur le départ. Direction les États-Unis, Washington, le Congrès, le département d'État. Pour sonner l'alarme, faire comprendre que «rien n'est terminé». Lundi, Ahmad Salah se battait dans la rue et derrière son ordinateur. Il en a payé le prix : passé à tabac, puis arrêté, au début de la révolution. Cofondateur du Mouvement des jeunes du 6 avril, un collectif créé sur Facebook qui a été à la pointe de la contestation anti-Moubarak, il entend dire «aux Américains ce qu'on attend d'eux pendant la période de transition. Car le régime est toujours en place. Seule sa tête a été coupée.»

Lundi, Ahmed Salah s'est présenté comme le mystérieux «dissident» qui avait exposé aux États-Unis, dès 2008, un «plan secret», avalisé selon lui par une «alliance de l'opposition», et visant à établir un gouvernement démocratique en Égypte en 2011. Cet engagement, relaté dans un télégramme diplomatique publié par WikiLeaks, lui aurai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant