Égypte : le scrutin tronqué profite à ElBaradei

le
0
Le parti du président égyptien Hosni Moubarak va contrôler près de 83% de l'Assemblée après des législatives marquées par des accusations de fraude. L'ancien patron de l'AIEA, qui avait boycotté les urnes, voit son crédit renforcé.

«Mohammed ElBaradei avait raison, les autres auraient mieux fait de l'écouter.» Sur son ordinateur portable, Khaled, un jeune ingénieur, fait défiler photos et vidéos des fraudes et violences qui ont émaillé les législatives égyptiennes, que le Prix Nobel de la paix avait appelé à boycotter. Poil à gratter du pouvoir depuis son retour en Égypte au début de l'année, Mohammed ElBaradei entendait ainsi dénoncer le verrouillage du système politique et appeler à la démocratisation du pays. L'opposition n'a pas voulu le suivre, mais ses deux principaux mouvements, les Frères musulmans et les libéraux du Wafd, se sont rangés à son avis entre les deux tours en dénonçant l'ampleur des fraudes au profit du Parti national démocratique (PND), au pouvoir.

«Je ne veux même pas savoir si le PND a obtenu 90 ou 99 % des sièges, tout cela n'est qu'une mauvaise farce», précise Khaled. D'après les premiers résultats publiés par la commission électorale, les opposants

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant