Egypte : le président Morsi appelle à former un «cabinet de consensus»

le
0
Egypte : le président Morsi appelle à former un «cabinet de consensus»
Egypte : le président Morsi appelle à former un «cabinet de consensus»

L'ultimatum fixé par l'armée égyptienne au président Mohamed Morsi a expiré. L'armée vient de prendre le contrôle de la télévision d'Etat et une allocution est attendue dans les prochaines minutes. Le président Morsi appellerait pour sa part à la constitution d'un «cabinet de consensus» mais refuse de quitter le pouvoir auquel il est parvenu à la suite d'élections démocratiques.

La crise s'aggrave en Egypte où le président islamiste Mohamed Morsi est plus que jamais confronté à la double menace de l'armée et des manifestations monstres dans tout le pays. Sept personnes ont été tuées dans la journée de mardi au Caire dans des heurts entre manifestants et pro-Morsi. Seize autres sont mortes dans la nuit de mardi à mercredi lorsque des hommes non identifiés ont attaqué un rassemblement de partisans du président égyptien au Caire, a annoncé le ministère de la Santé. Mercredi, en milieu de journée, les chefs militaires ont tenu une réunion de crise, à quelques heures de l'ultimatum fixé ce mercredi, à 16h30, exigeant le départ de Morsi.

Les chefs militaires en réunion de crise. L'armée va-t-elle intervenir pour chasser Morsi du pouvoir ? Seule certitude, les chefs de l'armée égyptienne tenaient mercredi une réunion d'urgence, quelques heures après que le président islamiste Mohamed Morsi a rejeté tout départ anticipé, comme réclamé par des foules de manifestants. Cette réunion intervient alors que l'armée a donné, dans une déclaration diffusée lundi à 16h30, 48 heures au président pour «satisfaire les revendications du peuple», autrement dit quitter le pouvoir. Après l'expiration de cet ultimatum l'armée a prévu de publier un communiqué qui pourrait sceller le sort de Morsi. Le chef de l'armée égyptienne, Abdel Fattah al-Sissi, rencontrait également mercredi le représentant de l'opposition Mohammed ElBaradei, des chefs religieux et des représentants de partis islamistes, dont celui du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant