Egypte-Le guide des Frères à nouveau condamné à mort

le , mis à jour le
0

* Quatorze condamnations à mort dans un procès de masse * La perpétuité pour un Egyptien ayant la nationalité américaine * Les condamnations peuvent être contestées (Actualisé avec réaction américaine) par Mahmoud Mourad LE CAIRE, 11 avril (Reuters) - Mohamed Badie, guide suprême des Frères musulmans, et 13 autres membres de la confrérie ont été condamnés à mort samedi en Egypte pour incitation au chaos et à la violence, a annoncé un juge lors d'une audience retransmise à la télévision. Les condamnés figurent parmi les milliers de personnes qui ont été arrêtées après l'éviction de Mohamed Morsi, premier président égyptien démocratiquement élu et membre des Frères, déposé par l'armée en juillet 2013. Mohamed Badie peut faire appel de sa condamnation devant la plus haute juridiction civile, une procédure qui pourrait prendre plusieurs années. Mohamed Soltan, qui possède les nationalités égyptienne et américaine, a quant à lui été condamné à la prison à vie pour soutien à la confrérie et diffusion de fausses informations. Il s'agit du fils du prédicateur Salah Soltan, qui figure parmi les condamnés à mort. La Maison blanche a exprimé son indignation et réclamé sa libération immédiate, affirmant que Washington continuerait à le soutenir "jusqu'à ce qu'il puisse rentrer en toute sécurité aux Etats-Unis". Au total, 51 personnes ont été condamnées samedi à la peine capitale ou à la réclusion à perpétuité pour association de malfaiteurs ou atteinte à la sûreté de l'Etat. Mohamed Badie avait déjà été condamné à mort en avril 2014 et s'est vu infliger plusieurs peines de réclusion à perpétuité depuis le renversement de Mohamed Morsi. Le président Abdel Fatah al Sissi, qui était alors à la tête de l'armée, estime que les Frères sont une menace majeure pour l'Egypte. La confrérie rétorque qu'elle milite pacifiquement et qu'elle n'a rien à voir avec les violences qui ont éclaté après la destitution de Mohamed Morsi. AMAIGRI, COUCHÉ SUR UN BRANCARD Selon les organisations de défense de droits de l'homme, tout signe de dissension est désormais réprimé en Egypte. L'adjoint de Mohamed Badie, Khaïrat el Chater, a été condamné à la réclusion à perpétuité. Aucun des accusés n'était présent à l'audience. Un des avocats de la défense, Mohamed Abdel Maougod, a estimé que les juges n'avaient pas fait de différence entre les accusés. "Ils ont tous été mis dans le même panier", a-t-il dit à la presse. La famille Soltan entend contester la décision du tribunal, a déclaré Sara Mohamed, une proche de la famille. "Ce procès est une farce de première classe. (...) Aucun des accusés n'était présent", a-t-elle déclaré à Reuters au téléphone. Mohamed Soltan, 27 ans, a été arrêté en août 2013. Il observe une grève de la faim. "Il mérite sa peine pour l'argent et les instructions des Frères musulmans retrouvés en sa possession et pour avoir répandu le chaos et l'horreur dans la société", a déclaré à la presse le juge Mohamed Nagi Chehata, qui présidait l'audience. Selon un site internet qui appelle à la libération de Mohamed Soltan, celui-ci n'est pas membre des Frères musulmans. Il y a est décrit comme un militant de la paix ayant étudié aux Etats-Unis et travaillant pour des associations caritatives. Le site publie des photos de lui en prison, très amaigri, couché sur un brancard. L'affaire jugée samedi a été décrite dans la presse égyptienne comme "La salle des opérations de Rabaa", en référence à un sit-in de protestation contre le renversement de Mohamed Morsi, place Rabaa au Caire en 2013, qui s'était terminé par la mort de centaines de manifestants après la décision des forces de l'ordre de nettoyer les lieux par la force. (Avec Ahmed Tolba; Jean-Stéphane Brosse, Danielle Rouquié et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant