Egypte : le gouvernement redemande aux pro-Morsi de partir

le
3
Egypte : le gouvernement redemande aux pro-Morsi de partir
Egypte : le gouvernement redemande aux pro-Morsi de partir

En Egypte, la tension monte encore d'un cran ce samedi entre le camp des pro-Morsi, le président déposé, et les autorités. Les pro-Morsi refusent de quitter deux places du Caire qu'ils occupent depuis un mois, malgré l'annonce du pouvoir qu'il va les déloger. Le gouvernement a demandé pour la deuxième fois aux manifestants de se disperser au Caire, en leur promettant une «sortie en toute sécurité» et un accès à la vie politique. Un communiqué lu à la télévision d'Etat par le porte-parole du ministère de l'Intérieur a demandé aux partisans des Frères musulmans de «retourner paisiblement chez eux et au travail».

Au sit-in de la place Rabaa al-Adawiya, une trentaine de jeunes gens casqués et munis de gourdins ont été désignés pour protéger les entrées. Dans le cas d'une attaque surprise de la police, un manifestant a été chargé de crier «Allah Akbar» (NDLR : Dieu est le plus grand) pour signaler que la police a entamé l'évacuation. Des planches de bois parsemées de clous attendent d'être posées dans les rues afin de crever les pneus des voitures de sécurité qui s'approcheraient. Sur les lieux de l'autre sit-in, place Nahda, des sacs de sable ont été empilés et des pneus prêts à être enflammés déployés dans les rues.

Al-Qaïda accuse les USA de complot

Les pro-Morsi ont également franchi une cap dans l'escalade vendredi soir, après la rupture du jeûne du ramadan, en appelant à un troisième sit-in et à marcher sur trois QG, deux de l'armée et un de la police. La visite-surprise du secrétaire d'Etat américain adjoint, William Burns, ce samedi, apparaît dès lors comme l'une des dernières chances d'éviter la confrontation entre les forces de l'ordre et les milliers de militants des Frères musulmans. Mettant en cause les pro-Morsi, l'ONG Amnesty International a, pour sa part, appelé à l'ouverture immédiate d'une enquête sur des allégations selon lesquelles des partisans du président évincé ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le samedi 3 aout 2013 à 12:27

    Comme avec pingouin, ce sont les autres.

  • berkowi le samedi 3 aout 2013 à 12:17

    Hou la la, Alquaïda perd la main !! Ils ont oublié d'accuser Israël et le lobby juif mondial! Ils sont sur la pente savonneuse !! Attention, les bonnes habitudes se perdent au risque de dépayser sa clientèle traditionnelle. Il faut dire qu'il n'y a plus de juifs en Égypte alors qu'ils reste quelques chrétiens.

  • 66michel le samedi 3 aout 2013 à 10:17

    les guerres de religions du troisième millénaire ou, retour vers le passé.......