Egypte : le Club Med ferme temporairement son site de Taba

le
0
Egypte : le Club Med ferme temporairement son site de Taba
Egypte : le Club Med ferme temporairement son site de Taba

Le Club Med a décidé de fermer jusqu'au 29 mars son village de vacances de Taba en Egypte, après de nouvelles recommandations du ministère des Affaires étrangères français faisant suite à un attentat qui a tué plusieurs touristes sud-coréens au Sinaï le 16 février.

«Le ministère a publié entre vendredi et samedi une nouvelle mise à jour dans ses recommandations pour les voyages dans la région du Sinaï et de Taba. Nous avons décidé de ne pas prendre de risques et de fermer temporairement le Club Med de Taba, jusqu'au 29 mars», a indiqué une porte-parole du groupe samedi soir.

Samedi, les touristes français - entre 300 et 400 selon la direction du groupe - dont le séjour se terminait ce jour-là sont ainsi tous rentrés «normalement en France», a-t-elle précisé.

Les vacanciers qui devaient leur succéder se sont vu proposer des destinations alternatives ou un avoir.

«Un attentat visant des ressortissants étrangers a eu lieu près de Taba le 16 février causant la mort de plusieurs touristes. Cette attaque terroriste est la première visant des ressortissants étrangers en Egypte depuis le 22 février 2009», indique le ministère sur son site internet.

«Il est formellement déconseillé de se rendre dans la péninsule du Sinaï, à l'exception de la bande côtière entre Charm el Cheikh et Taba inclus, où tout déplacement est déconseillé sauf raison impérative, notamment professionnelle. Dans cette zone, il convient de faire preuve d'une grande vigilance, de se conformer strictement aux consignes de sécurité données par les autorités locales, d'éviter les déplacements routiers de jour et de s'en abstenir formellement de nuit», précise-t-il.

La Belgique, après l'Allemagne et les Pays-Bas, ont également formellement déconseillé vendredi les voyages à destination de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, dans le Sinaï, en raison de la détérioration de la sécurité dans la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant