Égypte : la surenchère des fatwas

le
0
Des prédicateurs extrémistes abusent de leur nouvelle liberté de parole pour cautionner l'ostracisme ou la violence.

Collier de barbe sur gallabeya blanche, le prédicateur Ahmed Mohammad Abdullah, alias Abu Islam, part en guerre contre les femmes. Pour lui, les Égyptiennes qui sortent manifester sont des «croisées» qui vont «nues» sur la place Tahrir, non «pas pour protester, mais pour être violées». Ces paroles auraient pu être prononcées dans le huis clos d'une réunion entre salafistes ; elles sont d'autant plus pernicieuses qu'elles l'ont été sur un programme de la chaîne télévisée privée al-Ummah - dont Abu Islam est propriétaire - et rediffusées sur YouTube.

Les femmes, bêtes noires des extrémistes de sa trempe, ont déjà fait l'objet, il y a peu, de menaces particulièrement virulentes venant de Hisham el-Ashry, un autre prêcheur. Sur une chaîne de télévision baptisée Nahar, l'homme à la barbe poivre et sel a déclaré sans détour: «On m'a demandé: si ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant