Egypte : l'opposition exige que Morsi quitte le pouvoir

le
0
Egypte : l'opposition exige que Morsi quitte le pouvoir
Egypte : l'opposition exige que Morsi quitte le pouvoir

La tension ne retombe pas en Egypte ce lundi, au lendemain d'un mouvement populaire d'une ampleur jamais vue pour réclamer la démission du président Morsi. Le mouvement Tamarrod, à l'origine de la contestation contre le chef de l'Etat, l'appelle maintenant à quitter le pouvoir. «Nous donnons à Mohamed Morsi jusqu'à mardi 2 juillet à 17 heures pour quitter le pouvoir et permettre aux institutions étatiques de préparer une élection présidentielle anticipée», affirme Tamarrod sur son site internet. En cas de refus, «mardi 17 heures sera le début d'une campagne de désobéissance civile totale».

Ce lundi, des manifestants ont attaqué lundi le siège des Frères musulmans dans la capitale. Le bâtiment, situé dans le quartier du Moqqatam, à l'est du Caire, a été envahi par des assaillants qui ont jeté des objets par les fenêtres, tandis que d'autres emportaient des meubles. Des témoins ont affirmé que les membres de la confrérie avaient été évacués avant l'attaque.

17 millions de manifestants dimanche

Ce regain de tension survient alors que le mouvement Tamarrod (rébellion en arabe), soutenu par de nombreuses personnalités et des mouvements de l'opposition laïque, libérale ou de gauche, assure avoir collecté plus de 22 millions de signatures pour une présidentielle anticipée, soit plus que le nombre d'électeurs de Mohamed Morsi en juin 2012 (13,23 millions). Le mouvement rejette en outre l'appel au dialogue lancé dimanche par le président Morsi. «Impossible d'accepter les demi-mesures. Il n'y a pas d'autre alternative que la fin pacifique du pouvoir des Frères musulmans et de leur représentant, Mohamed Morsi», affirme-t-il.

C'est ce mouvement qui avait appelé à des manifestations monstres, dimanche, au cours desquelles près de 17 millions de personnes ont manifesté place Tahier, au Caire et dans de très nombreuses villes d'Egypte. Au Caire, les opposants ont planté des tentes et tendu des banderoles ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant