Égypte : l'ex-ministre de l'Intérieur en prison

le
0
Habib el-Adly, qui a donné l'ordre de tirer sur les manifestants, risque aussi la peine de mort.

Il avait été le premier fusible à sauter pendant le soulèvement populaire contre Hosni Moubarak, il est le premier à faire les frais de la purge postrévolutionnaire : l'ancien ministre de l'Intérieur Habib el-Adly a été condamné jeudi à douze ans de prison. L'homme qui régnait sur un empire sécuritaire d'un million et demi d'agents a été reconnu coupable, par un tribunal du Caire, d'enrichissement illicite et de blanchiment d'argent. Habib el-Adly, qui avait plaidé non coupable, a écouté la sentence dans une cage grillagée, en tenue blanche de prisonnier. Il a également écopé d'une amende de 15 millions de livres (environ 2 millions d'euros).

«C'est une bonne nouvelle, mais ce n'est qu'un premier pas. On attend la suite pour se réjouir», a commenté Bassem Samir, membre de la coalition des jeunes révolutionnaires, à l'annonce du verdict. Si la vengeance est un plat qui se mange froid, les nombreux Égyptiens qui ont souffert d'abus, de brutalités policiè

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant