Egypte : l'Europe en réunion de crise

le
0
Egypte : l'Europe en réunion de crise
Egypte : l'Europe en réunion de crise

Dans la nuit de mardi à mercredi, le ton est encore monté d'un cran entre l'Egypte et l'Occident. Alors que Washington a critiqué mardi l'arrestation du chef des Frères musulmans par l'armée, le Premier ministre a fait savoir que l'avis des Etats-Unis l'importait peu. Ce mercredi, l'Europe va devoir trouver une réponse appropriée, entre le désir de sanctionner les violations des droits de l'homme par les militaires et la préservation des bonnes relations pour l'avenir du Moyen-Orient.

Sur place, plus de 900 personnes sont déjà mortes dans les affrontements. Il s'agit pour la plupart d'islamistes qui manifestaient pour le retour de Mohamed Morsi, l'ex-président egyptien destitué par l'armée le 3 juillet.

Réunion de crise au sommet de l'UE. Pendant environ 3 heures à partir de 11 heures ce mercredi, les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Union européenne vont chercher, lors d'une réunion extraordinaire à Bruxelles (Belgique), à envoyer un message ferme mais constructif aux acteurs de la crise égyptienne. Après une réunion préliminaire lundi des diplomates européens, les ministres devront cette fois se prononcer sur une série d'options que leur présentera la chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, très active sur le dossier égyptien depuis la destitution du président Mohamed Morsi le 3 juillet.

Des sanctions ? Les ministres devraient notamment débattre de l'opportunité de stopper ou suspendre une partie de l'aide financière que verse l'UE, ou de remettre en cause des accords dans le domaine de la défense et de la sécurité. Il semble exclu que la réunion débouche sur l'annonce de sanctions, comme l'UE en impose à l'Iran ou à la Corée du Nord. Les Européens cherchent à conserver un rôle de médiation entre l'armée et les Frères musulmans, salué notamment par des ONG, en dépit d'un contexte rendu plus délicat par les critiques croissantes au Caire contre les Occidentaux et la presse ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant