Egypte : l'armée traque toujours les islamistes

le
0
Egypte : l'armée traque toujours les islamistes
Egypte : l'armée traque toujours les islamistes

La police égyptienne traque toujours les chefs islamistes. Elle a arrêté jeudi un cadre important des Frères musulmans ainsi qu'un ex-ministre du président Mohamed Morsi déposé par l'armée début juillet. C'est ce qu'a annoncé le gouvernement qui procède à une répression sans précédent et meurtrière du mouvement islamiste.

Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte, après la chute de Moubarak, a été destitué et emprisonné dans un endroit tenu secret. Le 14 août, le gouvernement mis en place par les militaires a ordonné la dispersion par la force de tous les rassemblements et manifestations des pro-Morsi. L'opération d'évacuation par la force a provoqué un bain de sang, en particulier au Caire. Plus d'un millier de personnes ont été tuées en une semaine, des manifestants pour l'essentiel. Et depuis, plus de 2.000 Frères musulmans ont été arrêtés, dont les principaux dirigeants.

Jeudi, Mohamed Beltagi, ancien parlementaire et l'un des derniers leaders encore libre de la confrérie de M. Morsi, a été interpellé, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur. Il était l'un des principaux organisateurs des rassemblements pro-Morsi du Caire et l'un des orateurs les plus actifs et les plus virulents des Frères musulmans. Il a été arrêté dans une banlieue du Caire en compagnie de Khaled al-Azhari, ministre du Travail du gouvernement Morsi.

Les Frères musulmans décapités

Les arrestations se poursuivent quotidiennement dans les rangs des Frères musulmans, à tous les niveaux de l'encadrement, locaux et nationaux. Ainsi, en plus d'avoir décimé les rangs des manifestants les plus actifs, le gouvernement a arrêté les principaux dirigeants du mouvement dont le chef, au point d'affaiblir considérablement la capacité des Frères musulmans à mobiliser. Depuis dix jours, les manifestations des pro-Morsi se font rares et ne rassemblent plus que quelques centaines de personnes la semaine, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant