Égypte : l'armée lâche le premier ministre

le
0
Nommé par Moubarak aux premiers jours de la «révolution du Nil», Ahmed Chafiq a été remplacé, jeudi, par Essam Charaf.

Lorsqu'il décroche son téléphone, peu après midi, le romancier Alaa el-Aswany vient d'apprendre la démission du premier ministre Ahmed Chafiq, nommé par Hosni Moubarak au début de la révolution. «C'est une excellente nouvelle! Formidable!» La nuit précédente, l'auteur de l' Immeuble Yacoubian a ferraillé jusqu'à deux heures du matin avec Chafq sur le plateau de la chaîne privée OTV, propriété de l'homme d'affaires copte Naguib Sawiris. Un débat en direct d'une liberté de ton et d'une virulence sans précédent sur une chaîne égyptienne, dont tout Le Caire parlait jeudi. La démission du gouvernement était en effet la principale revendication de l'opposition, qui prévoyait une nouvelle manifestation massive vendredi sur la place Tahrir. Le successeur d'Ahmed Chafiq, Essam Charaf, était en outre le nom favori des jeunes révolutionnaires qui négocient avec l'armée.

«Chafiq incarnait l'ancien régime et la contre-révolution. C'était: “moi, je sais, vous, vous

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant