Égypte : «Il faut honorer les demandes révolutionnaires»

le
0
INTERVIEW - Numéro deux des Frères musulmans, emprisonné par le régime Moubarak en 2006 pour «blanchiment et terrorisme», Khairat el-Shater a été libéré en mars dernier. Il est considéré comme l'éminence grise de la confrérie, première force politique du pays.

LE FIGARO. -Le parti des Frères musulmans, Liberté et Justice, s'est imposé en remportant 47% des sièges de la Chambre basse. Quelles vont être vos priorités?

Khairat EL-SHATER. - Il faut honorer les demandes révolutionnaires. S'agissant du fonctionnement même de l'État, il faut nettoyer toutes les institutions des scories du régime de Hosni Moubarak, renouveler les comités exécutifs... Par exemple, nous voulons une refonte du ministère de l'Intérieur. La police, auteur principal de la répression avant et pendant la révolution, doit être restructurée pour se remettre à fonctionner. Dans le domaine politique, nous devons achever la transition démocratique. Nous avons passé la première étape avec la constitution d'une Assemblée élue. Il reste désormais l'élection de la Chambre haute, le Majlis al-Choura. Viendra ensuite la désignation par le Parlement d'une Assemblée constituante de 100 membres, qui aura pour mission de rédiger la future Constitution

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant