Égypte : entreprises et États rapatrient

le
0
La révolte en Égypte prend un nouveau tour de force. Alors que l'armée est chargée d'encadrer la révolte anti-Moubarak qui a fait au moins 125 morts et des milliers de blessés depuis près d'une semaine, les sociétés françaises Lafarge et Crédit Agricole ont décidé de rapatrier les expatriés et leurs familles. Le cimentier dispose au Caire d'un pôle régional couvrant l'Afrique et le Moyen-Orient, où travaillent 70 expatriés avec leurs familles. Cela représente «environ 200 personnes». De son côté, la banque Crédit Agricole précise qu'un avion a été spécialement affrété pour rapatrier les familles momentanément. Les États-Unis, le Japon, la Grèce et la Suisse ont également décidé d'évacuer leurs ressortissants. Quant aux tour-opérateurs, ils organisent le retour anticipé de leurs clients et suspendent tous les voyages à destination de l'Égypte. La situation et en particulier l'incertitude qu'elle génère pèse sur les marchés. Les Bourses arabes ont chuté ce dimanche et les indices asiatiques s'affichent dans le rouge vif ce lundi matin. Le baril de pétrole flirte avec les 100 dollars. À Wall Street, les marchés se sont également effondrés vendredi . De son côté, Hosni Moubarak dit avoir négocié avec l'opposition et appelle à rétablir la confiance dans l'économie du pays. Les États-Unis, eux, appellent « une transition démocratique » par la voix de sa secrétaire d'État, Hillary Clinton : «Nous souhaitons voir une transition en bon ordre. Nous demandons instamment au gouvernement Moubarak, qui est toujours au pouvoir (?), de faire ce qui est nécessaire pour faciliter ce genre de transition». LIRE AUSSI:
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant