Egypte : ElBaradei pressenti comme Premier ministre par intérim

le
0
Egypte : ElBaradei pressenti comme Premier ministre par intérim
Egypte : ElBaradei pressenti comme Premier ministre par intérim

Alors que des dizaines de milliers de partisans des Frères musulmans manifestaient samedi au Caire, l'armée égyptienne a lancé l'application de sa feuille de route. Après que plusieurs sources eurent indiqué dans l'après-midi que Mohamed ElBaradei avait été chargé de former un gouvernement, la présidence a précisé tard dans la soirée que le Premier ministre n'avait pas été officiellement nommé ajoutant toutefois que ce choix de ElBaradei était «le plus logique».

Si les Frères musulmans ont rejeté cette décision, déclarant qu'il s'agissait d'un «choix de Washington», une source proche du dossier a confié à l'AFP que des négociations étaient en cours avec des dirigeants du mouvement salafiste al-Nour pour tenter de les convaincre de se rallier au choix de la présidence.

Un membre du comité central de Tamarrod, le mouvement à l'origine de l'important rassemblement de dimanche dernier qui a conduit à l'éviction du président islamiste Mohamed Morsi, a indiqué que «le président intérimaire et Tamarrod avaient convenu que Mohamed ElBaradei serait nommé Premier ministre, qu'Ahmad Gamal el-Din, un ancien ministre de l'Intérieur, serait chargé des affaires sécuritaires et que l'économiste Ahmad al-Naggar serait nommé ministre des Finances». Le mouvement Tamarrod a appelé à de nouveaux rassemblements dimanche pour soutenir le nouveau gouvernement intérimaire.

Le gouvernement intérimaire «doté des pleins pouvoirs»

Le président civil par intérim, le magistrat Adly Mansour, avait rencontré auparavant Mohammed ElBaradei. Il s'est entretenu également avec le général Abdel Fattah al-Sissi, chef de l'armée, le nouvel homme fort du pays qui a écarté Mohamed Morsi. La feuille de route, élaborée par l'armée en coordination avec l'opposition et les principaux dignitaires religieux du pays, prévoit un gouvernement intérimaire «doté des pleins pouvoirs», avant la tenue d'élections présidentielle et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant