Egypte : dix hommes armés tués par les forces de sécurité dans le Sinaï

le
0
Egypte : dix hommes armés tués par les forces de sécurité dans le Sinaï
Egypte : dix hommes armés tués par les forces de sécurité dans le Sinaï

Après un samedi meurtrier au Caire, les forces de sécurité égyptiennes ont annoncé avoir tué dix «terroristes» en 48 heures dans la péninsule du Sinaï, selon une source de sécurité citée par l'agence officielle Mena. Vingt autres personnes ont été capturées. Par ailleurs quinze personnes ont été blessées la nuit dernière à Port-Saïd (nord-est de l'Egypte) dans des heurts entre partisans et adversaires du président islamiste déchu Mohamed Morsi. Les accrochage ont débuté après les obsèques d'un jeune partisan du président renversé par l'armée le 3 juillet. Des batailles rangées ont eu lieu dans une grande artère proche de la gare ferroviaire de la ville.

Selon des témoins, des coups de feu ont été tirés en direction d'une église copte orthodoxe, et des vitrines de magasins affichant des portraits du chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, ont été brisées.

L'indignation de Human Rights Watch

Plus de 300 personnes ont perdu la vie dans des troubles liés à la situation politique depuis un mois à travers le pays. Samedi, au moins 72 partisans du président déchu ont été tués dans des affrontements avec les forces de l'ordre au Caire. En réaction, l'organisation Human Rights Watch a accusé les autorités d'un «mépris criminel pour la vie des gens».

Samedi soir, les milliers de pro-Morsi qui campent à Rabaa al-Adawiya ont rompu le jeûne du ramadan dans le calme, et ont déployé des banderoles avec le mot «pacifique». Faisant redouter de nouveaux heurts sanglants, le ministre de l'Intérieur, Mohamed Ibrahim, a annoncé la dispersion «très prochaine» des deux campements au Caire où se sont installés des milliers de partisans de Morsi depuis son renversement. Il a promis une intervention «dans le cadre de la loi» et «le moins de pertes possible», mais a appelé les protestataires à quitter les lieux d'eux-mêmes «pour éviter que le sang ne coule».

Port-Saïd l'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant