Egypte : deux juges et un procureur tués dans le Sinaï

le
0
Egypte : deux juges et un procureur tués dans le Sinaï
Egypte : deux juges et un procureur tués dans le Sinaï

Il est encore trop tôt pour dire s'il y a un lien avec la condamnation Morsi. Deux juges et un procureur égyptiens ont été tués par balle samedi dans le nord du Sinaï, théâtre d'attentats jihadistes visant habituellement les forces de sécurité. Il s'agit de la première attaque visant des magistrats dans la péninsule du Sinaï. Surtout, elle intervient quelques heures après que la justice a condamné à mort, avec une centaine d'autres accusés, le président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée en juillet 2013. Cette sentence a été prononcée en première instance pour des évasions de prison et des violences durant la révolte populaire de 2011 contre Hosni Moubarak.

Un procureur également blessé

L'attaque s'est produite dans la ville d'Al-Arich, le chef-lieu du Nord-Sinaï. Des assaillants armés ont stoppé le véhicule des magistrats avant d'ouvrir le feu sur le groupe, selon un responsable de la police. Le chauffeur est également décédé. Un autre procureur a été aussi blessé, selon le porte-parole du ministère de la Santé, Hossam Abdel Ghaffar.

Les groupes jihadistes qui revendiquent habituellement les attentats quasi-quotidiens contre les forces de l'ordre dans le Sinaï disent agir en représailles à la sanglante répression qui s'est abattue sur les partisans de M. Morsi depuis sa destitution et a fait plus de 1.400 morts.

Bastion du groupe jihadiste Ansar Beït al-Maqdess

Le ministère de l'Intérieur a décrété l'état d'alerte renforcé à travers le pays, annulant jusqu'à nouvel ordre les congés des policiers, selon un responsable de la police. Pour «protéger les juges», le ministère de la Justice a pour sa part décidé de déplacer à partir de dimanche certaines audiences de procès d'Al-Arich vers la ville d'Ismaïlia sur le canal de Suez, selon un responsable de ce ministère.

Le Nord-Sinaï, dans l'est du pays, est le bastion du groupe jihadiste Ansar Beït al-Maqdess qui s'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant