Egypte-Des juges mis à la retraite pour soutien aux Frères

le
0

par Mahmoud Mourad LE CAIRE, 15 mars (Reuters) - Un organe disciplinaire égyptien a placé d'office à la retraite 41 juges samedi pour soutien aux Frères musulmans, organisation désormais interdite, a-t-on appris de sources judiciaires. Cette décision est la dernière illustration en date de la répression engagée contre l'opposition, aussi bien laïque qu'islamiste, depuis le renversement en juillet 2013 du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, par l'armée, dont le chef Abdel Fattah al Sissi a par la suite été élu président. Le Conseil de discipline dirigé par le juge Nabil Zaki n'a pas exposé les motifs de cette mise à la retraite d'office. Selon des sources judiciaires, 31 juges ont été sanctionnés pour avoir signé une déclaration condamnant le renversement de Mohamed Morsi et les 10 autres pour leur appartenance à l'organisation "Juges pour l'Egypte", qui soutenait les Frères musulmans avant même la mise à l'écart de Morsi. La loi égyptienne interdit aux juges tout engagement politique. Des opposants et des défenseurs des droits de l'homme accusent cependant le Conseil de discipline de fermer les yeux sur le soutien ouvertement apporté par certains juges à Abdel Fattah al Sissi. Le gouvernement affirme que la justice est indépendante. "C'est une décision choquante et c'est un massacre des juges", a dit Ahmed el Khatib, l'un des magistrats sanctionnés, à Reuters. Les forces de sécurité ont par ailleurs arrêté 63 responsables de second rang des Frères musulmans, pour attaque contre le siège de la police et incitation à la violence, a annoncé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. Treize autres partisans de la confrérie islamiste ont été arrêtés pour port d'armes et de munitions, a ajouté le ministère. Le nouveau pouvoir égyptien a déclaré les Frères musulmans organisation terroriste. La confrérie affirme mener des activités pacifiques. Outre les assauts de rebelles islamistes ayant coûté la vie à des centaines de militaires et de policiers dans le nord du Sinaï depuis le renversement de Mohamed Morsi, Le Caire et d'autres villes du pays sont régulièrement le théâtre d'attaques de plus faible intensité, qui sapent les efforts du gouvernement pour projeter une image de stabilité retrouvée en Egypte quatre ans après le renversement d'Hosni Moubarak. Une bombe artisanale a fait quatre blessés samedi matin devant une agence de la banque HSBC à Alexandrie, a-t-on appris de sources proches des services de sécurité. Un autre engin explosif a par la suite été mis à feu devant un tribunal du centre de la ville portuaire, blessant deux personnes et endommageant la façade du bâtiment, selon des sources médicales et proches des services de sécurité. (Avec Ahmed Tolba au Caire et Haitham El-Sheikh à Alexandrie; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant