Égypte : dernières passes d'armes entre frères ennemis

le
0
Pour la présidentielle de mercredi, la confrérie islamiste fait face à la popularité croissante d'un candidat dissident, qui se présente comme un islamiste modéré.

De nos envoyés spéciaux au Caire

De larges projecteurs balaient le ciel sombre du Caire lorsque Mohammed Morsi, candidat des Frères musulmans à la présidentielle, s'avance pour s'adresser à des milliers de sympathisants galvanisés. Pendant de longues minutes, tandis que des flammes s'élèvent au-dessus de la scène pour saluer son arrivée, de jeunes militants scandent son nom. Un écran géant retransmet les images de la foule qui s'étend à perte de vue, massée sur une esplanade du centre-ville. «Morsi sera élu dès le premier tour!», jubile Karim Mustafa, 28 ans, activiste de la confrérie.

Dimanche, dernier jour de la campagne officielle en Égypte, les Frères musulmans ont voulu frapper les esprits en organisant des meetings simultanés dans 24 gouvernorats. Une démonstration de force destinée à rappeler que la confrérie, bien que concurrencée sur sa gauche par la candidature dissidente de l'islamiste «modéré» Abdel Moneim Aboul Fotouh, est toujours là. Et

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant