Egypte : cinq morts, dont une journaliste, au Caire

le
0
Egypte : cinq morts, dont une journaliste, au Caire
Egypte : cinq morts, dont une journaliste, au Caire

Cinq personnes, dont une journaliste en reportage, ont trouvé la mort au Caire dans des heurts ayant opposé vendredi la police et des partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi. Les manifestants défilaient dans plusieurs villes d'Egypte pour dénoncer la candidature de l'ex-chef de l'armée, Abdel Fattah al-Sissi, à la présidentielle. Le calendrier électoral devrait être présenté dimanche.

Le journal privé «Al-Doustour» a confirmé la mort de sa collaboratrice Mayada Achraf alors qu'elle couvrait une manifestation dans le quartier de Aïn Chams, au nord de la capitale. Elle a été tuée par balles, a indiqué un responsable de sécurité, ajoutant que trois autres personnes avait péri et dix avaient été blessées lors du même rassemblement. Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a accusé les partisans de M. Morsi d'être responsables des morts. Un des manifestants a pour sa part affirmé que la police avait ouvert le feu au moment où le rassemblement commençait à se disperser.

Dans son dernier article publié vendredi sur le site d'Al-Doustour, Mayada Achraf affirmait que des combats à balles réelles opposaient des pro-Morsi à des civils qui leur étaient hostiles. La police est ensuite intervenue, et c'est à ce moment que Mme Achraf a été séparée d'un de ses confrères, Mohamed Rabié, qui a ensuite tenté de la joindre au téléphone. «C'est un manifestant qui m'a répondu et qui m'a dit qu'elle était morte», a expliqué M. Rabié qui a retrouvé plus tard le corps de la journaliste dans une mosquée où des islamistes l'avaient transporté.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a accusé les partisans de M. Morsi d'être responsables des morts. Un des manifestants a pour sa part affirmé à l'AFP que la police avait ouvert le feu au moment où le rassemblement commençait à se disperser. Tandis qu'un responsable au sein du ministère de la Santé, Khaled al-Khatib, a fait état de son côté ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant