Egypte : «Cette répression est inacceptable», selon Bernard Kouchner

le
21
Egypte : «Cette répression est inacceptable», selon Bernard Kouchner
Egypte : «Cette répression est inacceptable», selon Bernard Kouchner

Pour l'ex-patron du Quai d'Orsay, l'armée égyptienne aurait dû laisser le processus démocratique aller jusqu'à son terme.

Une nouvelle journée de violences a eu lieu, hier, au Caire. L'Egypte est-elle en train de basculer dans la guerre civile?

BERNARD KOUCHNER. Malheureusement, c'est à craindre. Nous sommes dépassés par l'abjection des massacres. Celui de mercredi (près de 600 morts) était inimaginable, effrayant. Il faut dire les choses telles qu'elles sont : il a été commis par l'armée contre les Frères musulmans. Même si cela ne nous fait pas plaisir, même si les islamistes ne sont pas nos amis. Cette répression est inacceptable. Il s'agit peut-être du début d'une longue guerre civile. Cela ne s'arrêtera certainement pas là.

Les Frères musulmans ont annoncé qu'ils poursuivraient leur mobilisation coûte que coûte?

Cela ne m'étonne pas, c'est un mouvement très structuré, bien implanté, qui existe depuis 1928. La démocratie doit exiger que l'on respecte son verdict. Il y a eu des élections libres en juin 2012, et on ne peut pas interrompre le processus par un coup d'Etat sous prétexte que les mesures prises ne plaisent pas. Ou alors il faut arrêter de parler de démocratie sans arrêt. En Egypte, bien sûr, la période était difficile. Et Morsi n'avait pas réussi. C'est vrai aussi que, le 30 juin 2013, il y a eu des millions de personnes dans la rue pour dire non aux Frères musulmans. Mais on ne jette pas un président élu en prison pour autant.

Etablissez-vous un parallèle avec ce qui s'est passé en Algérie dans les années 1990?

Oui. Evidemment, les deux cas ne sont pas totalement identiques. Il n'en reste pas moins qu'en Algérie l'armée a également empêché les islamistes d'exercer le pouvoir qu'ils avaient remporté dans les urnes. Ce fut le départ d'un affrontement de dix ans avec des dizaines de milliers de morts (NDLR : entre 150 000 et 200 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nebraska le dimanche 18 aout 2013 à 19:39

    Pas encore claqué le vioc ?? Qu'il aille donc leur porter 1 ou 2 sacs de riz, avec 1 peu de chance on économisera 1 retraite de ministre à la godille.

  • gde-lamb le dimanche 18 aout 2013 à 18:18

    Tiens il est toujours en vie ce brave homme ! On le croyait mort à jamais mais non il devait sans doute réfléchir à ce qu'il ne devrait pas dire ou faire pour être crédible ...

  • fgino le dimanche 18 aout 2013 à 15:01

    encore une nation, une culture, une histoire, ... qui sombre dans l'islamisme

  • b.renie le dimanche 18 aout 2013 à 14:25

    Le problème est d'importance. Y aura-t-il un nouvel Iran qui cette fois sera à nos portes.L'Egypte doit trouver son Atatürk.

  • fgino le dimanche 18 aout 2013 à 12:51

    sur le pédalo de ton amiral gros patapouf 1er !

  • psdi le dimanche 18 aout 2013 à 12:49

    Euh, il navigue où exactement " KOUCHNER" aujourd'hui?.

  • fgino le dimanche 18 aout 2013 à 12:35

    en egypte malgré la loi, 97% des filles sont excisées ! vous savez ce qui vous attend les filles !!

  • dsta le dimanche 18 aout 2013 à 11:14

    Tu diras çà à ton pote socialo, Obama! Car c'est bien lui qui a voulu la destitution de Moubarak ! ...ET comme d'habitude avec l'incompétence des socialos, c'est maintenant devenu bien pire qu'avant !

  • fgino le dimanche 18 aout 2013 à 10:58

    ces peuples doivent etre gouvernés par la force ... tu voles, on te coupe la main ...

  • slivo le dimanche 18 aout 2013 à 01:02

    Le petit roquet bourgeois va t'il troquer son sac de riz contre un sac de semoule ? Encore un "m'as tu vu" en manque de média qui a oublié que des milliards de terriens l'ignorent.