Egypte : au moins cinq morts dans une vague d'attentats au Caire

le
0
Egypte : au moins cinq morts dans une vague d'attentats au Caire
Egypte : au moins cinq morts dans une vague d'attentats au Caire

A la veille du troisième anniversaire de la révolution égyptienne et du soulèvement contre le président Hosni Moubarak, une vague d'attentats a fait au moins cinq morts au Caire.

Une première explosion à la voiture piégée a eu lieu vers 6h30 contre le quartier général de la police, faisant quatre morts et plus de 70 blessés. Trois heures plus tard, un engin explosif de faible puissance a détoné au passage d'une voiture de police, à proximité d'une station de métro du quartier de Dokki, tuant un policier et blessant quatre autres, selon le ministère de la Santé. Une heure après, une troisième attaque a eu lieu devant un commissariat dans l'ouest du Caire, sur la grande artère menant aux Pyramides de Guizeh, sans faire de victime, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Peu après l'aube vendredi, un homme a attendu que les policiers lèvent un barrage qui fermait l'accès de la rue menant au siège de la Direction de la police, dans le centre de la capitale, pour précipiter sa voiture bourrée d'explosifs contre la lourde grille fermant l'accès au bâtiment, selon le témoignage d'un policier.

Selon les enquêteurs, il n'est pas certain que l'homme était encore au volant quand la bombe a explosé, creusant un cratère profond trouant la chaussée devant le siège de la police, dont la façade était partiellement détruite. La rue était recouverte de débris de verre, de fer et de bois, tandis que le portail du bâtiment avait été soufflé. «Une voiture piégée a explosé devant le QG de la police en centre-ville», a indiqué le général Hany Abdellatif, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Le premier attentat a creusé un cratère profond trouant la chaussée devant le siège de la police. AFP/KHALED KAMEL

Peu après l'explosion, des dizaines d'habitants se sont réunis pour conspuer les Frères musulmans, comme cela a été le cas lors des récentes attaques. Plusieurs brandissaient des portrait du chef de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant