Egypte : affrontements entre pro-Morsi et militaires

le
0
Egypte : affrontements entre pro-Morsi et militaires
Egypte : affrontements entre pro-Morsi et militaires

La confrontation entre partisans du président déchu Mohamed Morsi et l'armée a fait des morts au Caire ce vendredi. Des tirs entre militaires et pro-Morsi auraient fait au moins trois morts dans la capitale.

Vingt-quatre heures après le renversement du président Mohamed Morsi par l'armée égyptienne, les islamistes radicaux sont entrés en scène. Des militants ont attaqué dans la nuit de jeudi à vendredi des postes de police et militaire dans le Sinaï. Un soldat est mort et deux autres ont été blessés. Ces attaques interviennent alors que l'armée a appelé à l'unité. La transition politique, après la nomination d'Adly Mansour comme président intérimaire, est d'autant plus délicate que les partisans de Morsi appellent ce vendredi à une grande journée de manifestations, prélude à un nouveau bras de fer.

Le «vendredi du refus» des pro-Morsi. Les pro-Morsi sont rassemblés pour la traditionnelle prière musulmane, devant la mosquée de Nasr City, un faubourg du Caire, où des partisans du président déchu campent depuis plusieurs jours. Ils ont été rejoints en fin de matinée par de nombreux islamistes. Regroupées au sein du «Front national de défense de la légitimité», les principales forces islamistes ont appelé à manifester en masse et «pacifiquement» contre «le coup d'Etat militaire». Les Frères musulmans ont dénoncé «la terreur de l'Etat policier». Des avions de combat survolaient le Caire où de nombreux blindés étaient déployés, après que le ministère l'Intérieur a prévenu qu'il répondrait «fermement» à tout trouble.

La coalition de l'opposition à Mohamed Morsi a lancé un appel «urgent» à manifester en masse en Egypte «en soutien à la révolution du 30 juin». Le ministère de l'Intérieur a prévenu qu'il répondrait «fermement» à tout trouble, et la capitale égyptienne a été survolée par des avions militaires. Reste à savoir où et quand les cortèges opposés vont se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant