Égypte : Adly Mansour, un inconnu à la présidence

le
0
Égypte : Adly Mansour, un inconnu à la présidence
Égypte : Adly Mansour, un inconnu à la présidence

Alors qu'il était président du conseil constitutionnel depuis seulement deux jours, Adly Mansour, technocrate égyptien inconnu jusqu'alors, a été désigné mercredi par l'armée pour assurer la présidence par intérim. Il a prêté serment ce jeudi 4 juillet, au lendemain de l'éviction du président islamiste Mohamed Morsi.

«Je m'engage à préserver le système de la République, à respecter la Constitution et la loi et à protéger les intérêts du peuple », a répété, comme il est d'usage, le juge de 67 ans lors d'une cérémonie au Conseil constitutionnel.

Né au Caire en 1945, Adly Mansour a fait des études de droit à l'université du Caire, dont il est sorti diplômé en 1967. Il est également passé par les bancs de l'Ecole nationale d'administration (ENA), où il fût camarade de promo du président de la Ligue de football professionnel Frédéric Thiriez, ou encore de Didier Schuller, ancien conseiller général des Hauts-de-Seine.

Adly Mansour a exercé la fonction de juge au sein de tribunaux religieux pendant l'ère Moubarak, évincé du pouvoir en 2011. Il a notamment émis des fatwas ou des décrets sur des questions religieuses, mais a aussi officié dans des cours civiles et criminelles.

Nommé par Morsi

Ironie du sort, ce haut fonctionnaire égyptien avait été nommé président du Conseil constitutionnel mi-mai par Mohammed Morsi, fonction qu'il n'a occupée que pendant deux jours.

Son anonymat relatif a probablement intéressé les militaires, désireux de mettre en avant une figure neutre pour assurer la transition qui s'annonce mouvementée. Adly Mansour devra en effet tenir les rênes d'un pays divisé après plusieurs jours de manifestations massives et sanglantes entre opposants et partisans du premier président élu démocratiquement en Egypte.

Pour l'heure, l'armée n'a pas donné d'information quant à la date des prochaines élections. La dernière présidence par intérim, qui avait suivi la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant