Egypte : 188 partisans de Morsi condamnés à mort

le
0
Egypte : 188 partisans de Morsi condamnés à mort
Egypte : 188 partisans de Morsi condamnés à mort

Alors que l'ancien président Hosni Moubarak vient d'être blanchi par la justice malgré les morts de la place Tahrir en 2011, un tribunal égyptien a condamné à mort mardi 188 personnes pour le meurtre d'au moins 13 policiers lors de violences en août 2013 après la sanglante dispersion de sit-ins des partisans du président déchu mais élu Mohamed Morsi.

Depuis que l'armée a destitué le président islamiste en juillet 2013, ses partisans sont la cible d'une sanglante répression qui a fait au moins 1.400 morts. Des centaines de ses partisans ont en outre été condamnés à mort dans des procès de masse expédiés en quelques minutes, qualifiés par l'ONU de «sans précédent dans l'histoire récente».

Les peines capitales prononcées mardi seront soumises, conformément à la loi égyptienne, à l'avis -purement consultatif- du mufti, le représentant de l'islam auprès des autorités. Elles seront ensuite confirmées ou commuées en peine de prison lors d'un verdict final, attendu le 24 janvier. Parmi les condamnés, 143 sont actuellement en détention, a précisé le responsable du tribunal.

Ces 188 personnes ont été reconnues coupables mardi d'avoir participé le 14 août 2013 à une attaque meurtrière visant le commissariat de Kerdassa, un village dans la banlieue du Caire, le jour même où les forces de sécurité dispersaient deux sit-ins massifs organisés dans la capitale par les partisans de l'ancien chef d'Etat.

La police et l'armée ont attaqué ce jour-là deux campements de pro-Morsi qui refusaient de quitter les lieux malgré les avertissements des nouvelles autorités dirigées de facto par les militaires.  Plus d'un millier de personnes, en majorité des pro-Morsi, ont été tuées et des milliers d'islamistes arrêtés. L'ONG Human Rights Watch avait qualifié cet assaut des forces armées égyptiennes de «plus grande tuerie de masse de l'histoire de l'Egypte moderne». Le 14 août 2013, cette opération des forces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant