Egypte : 13 associations demandent une enquête sur la «tuerie» du 14 août

le
0
Egypte : 13 associations demandent une enquête sur la «tuerie» du 14 août
Egypte : 13 associations demandent une enquête sur la «tuerie» du 14 août

Treize organisations de défense des droits de l'Homme ont réclamé, mardi, une enquête indépendante sur la répression du 14 août dernier au Caire contre les partisans du président déchu Mohamed Morsi, renversé le 3 juillet par l'armée. Depuis, l'Egypte est sous tension. Ces organisations, égyptiennes et internationales, dénoncent une «tuerie de masse». Amnesty International, Human Rights Watch (HRW) et Egyptian Initiative for Personal Rights figurent parmi les signataires.

Alors que des milliers de partisans de l'ancien président islamiste, Mohamed Morsi, manifestaient leur colère contre la destitution par l'armée de leur champion, les forces de sécurité ont violemment dispersé les rassemblements islamistes, faisant «jusqu'à 1.000 morts».

«Il ne peut y avoir d'espoir pour un Etat de droit et une stabilité politique en Egypte, et encore moins pour un minimum de justice pour les victimes, sans que soit assumée la responsabilité de ce qui pourrait être le plus grand incident isolé de tuerie de masse dans l'histoire récente de l'Egypte», a affirmé Gasser Abdel-Razak, le directeur associé de Egyptian Initiative for Personal Rights.

Au moins 186 femmes violées

La police et l'armée ont attaqué le 14 août deux campements de pro-Morsi qui refusaient de quitter les lieux malgré les avertissements des nouvelles autorités dirigées de facto par les militaires. Plus d'un millier de personnes, en majorité des pro-Morsi, ont été tuées en Egypte depuis cette date et des milliers d'islamistes arrêtés. L'ex-président, comme de nombreux dirigeants des Frères musulmans, la confrérie de Mohamed Morsi, sont actuellement jugés et leur mouvement a été interdit.

Pour ces ONG, le gouvernement égyptien «devrait établir une commission véritablement indépendante pour enquêter sur la responsabilité dans la chaîne de commandement». Elles ont également demandé qu'une enquête soit lancée sur une série ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant