EgyptAir, RAM et SilkAir : 3 cas de suicide présumé en avion

le
1
Le crash du vol Germanwings dans les Alpes-de-Haute-Provence.
Le crash du vol Germanwings dans les Alpes-de-Haute-Provence.

À l'heure où la théorie du New York Times, qui privilégie l'hypothèse du suicide, devient de plus en plus crédible, Le Point.fr se penche sur les précédents similaires qui ont agité le monde de l'aviation civile. Le 21 août 1994, un pilote marocain de la Royal Air Maroc (RAM) entraînait dans la mort 43 passagers et collègues en se suicidant. L'avion, un ATR-42 qui assurait la liaison Agadir-Casablanca, s'était écrasé près de la ville de départ, au sud du Maroc, quelques minutes après son décollage. L'appareil, qui ne présentait aucune anomalie, a été précipité vers le sol après que le pilote a débrayé le pilotage automatique. À l'époque des faits, la commission d'enquête avait précisé que le comportement du pilote était d'autant plus imprévisible qu'il émanait d'un pilote expérimenté, habitué des visites médicales réglementaires annuelles au centre d'expertise réservé au personnel navigant. Sa dernière consultation remontait au 7 juillet. "Une spirale mortelle vers le sol"Trois ans plus tard, s'écrasait en Indonésie un Boeing 737, en provenance de Jakarta, faisant 104 victimes en ce 19 décembre 1997. Le vol 185 de la compagnie SilkAir terminait sa course dans le delta de la rivière Musi, bien avant d'atteindre Singapour, plongeant soudainement "en spirale mortelle vers le sol". Selon le bureau américain, les boîtes noires auraient volontairement été débranchées par les pilotes, accréditant la thèse du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le jeudi 26 mar 2015 à 15:50

    Ce n'est plus du suicide mais un carnage massif.....