Egamo juge exagérées les craintes qui pèsent sur les indices actions

le
0

(AOF) - Dans son dernier "focus" mensuel, la société de gestion Egamo se range clairement dans le camp des gérants qui estiment que les craintes qui pèsent actuellement sur les marchés actions sont exagérées. Concernant d'abord l'évolution du cours du pétrole, les gérants d'Egamo estiment que les effets positifs liés à la baisse du prix du baril, en termes de pouvoir d'achat et de coûts pour les entreprises consommatrices, seront au final supérieurs aux désagréments pour les exportateurs et les banques éventuellement exposées à ce secteur.

"La perception de ce solde net positif est partiellement occultée par le décalage temporel de la matérialisation de certains effets positifs induits, alors que les effets négatifs se matérialisent immédiatement. Nous pensons que le temps jouera en faveur d'une meilleure prise en compte des effets positifs de l'Effet Pétrole pour nos économies", peut-on lire dans la dernière publication d'Egamo.

La société de gestion ne croit pas non plus que l'économie américaine menace d'entrer en récession et préfère voir dans la hausse du taux d'épargne des Américains la preuve d'un "assainissement du modèle économique" des Etats-Unis. En dépit de cette évolution, "la demande intérieure devrait demeurer vigoureuse", assurent les gérants citant comme soutiens "un taux de chômage à 4,9% et une politique monétaire de la Fed qui devrait demeurer très accommodante avec une remontée des taux qui sera très lente et progressive".

Sur la troisième source d'inquiétude des marchés depuis le début de l'année, à savoir la Chine, Egamo se montre tout aussi optimiste. "Nous ne croyons pas à un atterrissage brutal de l'économie chinoise", martèlent ses stratèges.

"La lente dépréciation du Yuan doit être relativisée en liaison avec les ajustements de parités entre toutes les grandes devises du monde. Ces ajustements sont fonction des transferts de richesse mais aussi de considérations géopolitiques, et concernant le Yuan, intègrent l'objectif de normalisation des autorités chinoises, pour l'intégrer dans le concert des grandes devises internationales", précisent-ils.

Enfin, Egamo se penche sur le cas du secteur bancaire qui a affolé les marchés ces derniers jours. "Les craintes systémiques sectorielles qui ont affecté le secteur bancaire en zone Euro notamment, en particulier concernant le secteur bancaire italien, sont trop exclusivement à charge et semblent sous estimer l'impact des restructurations menées ces dernières années, avec une réglementation beaucoup plus contraignante, ayant abouti à un renforcement des fonds propres et à une plus grande sélectivité en matière de risques", estime le gestionnaire d'actifs.

En plus de fortement relativiser les risques qui pèseraient sur l'économie mondiale, Egamo note que la reprise de l'activité en zone euro est une réalité. "Nous demeurons sur un niveau de croissance supérieur aux anticipations de la fin de l'année 2014, même si des ajustements très modestes à la baisse par rapport aux prévisions de l'automne 2015 peuvent être observés", observent les gérants qui se disent confiants dans la poursuite du lent rétablissement économique de la zone euro.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant