Effondrement à Riga : la Lettonie en deuil s'interroge

le
0
Effondrement à Riga : la Lettonie en deuil s'interroge
Effondrement à Riga : la Lettonie en deuil s'interroge

La Lettonie est en deuil samedi après l'effondrement d'un supermarché à Riga qui a fait plus d'une cinquantaine de morts. La pire catastrophe survenue dans ce petit pays balte depuis son retour à l'indépendance en 1991 laisse pour l'instant sans réponses les questions concernant les causes du drame.

Le dernier bilan est de 52 morts, le corps d'une nouvelle victime ayant été découvert tôt samedi. Les pompiers et les secouristes continuent à fouiller les ruines du magasin dont le toit s'est effondré jeudi soir en pleine heure d'affluence, mais avec peu d'espoir de retrouver des survivants après deux jours et deux nuits avec des températures proches de zéro. «Ce dossier devrait être considéré comme un meurtre de nombreuses personnes sans défense et il requiert une réaction appropriée», a déclaré le chef de l'Etat letton, Andris Berzins, à la télévision publique LTV.

La police a ouvert une enquête criminelle et travaille sur trois hypothèses, concernant la conception du bâtiment, sa construction et les nouveaux éléments qui ont été installés sur le toit. «Nous sommes en train de vérifier le moindre détail. La cause reste un mystère mais il faut la découvrir. Apparemment si une faute a été commise, c'en était une énorme», a déclaré Marite Staume, porte-parole de l'entreprise Re&Re qui a construit le bâtiment.

RIGA (LETTONIE), NUIT DE VENDREDI A SAMEDI. Des sauveteurs se tiennent à proximité de là où le toit s'est effondré. (AFP/ILMARS ZNOTINS.)

Le centre commercial, exploité par l'enseigne Maxima, la deuxième du pays, a été construit en 2011 et avait été sélectionné pour un prix d'architecture. Des travaux étaient en cours sur le toit pour le transformer en jardin suspendu, selon un responsable local de la mairie, Juris Radzevics. «Le projet avait été soumis dans les règles, mais bien sûr nous allons vérifier si tous les matériaux et les travaux ont été bien conformes aux normes», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant