Effet Dortmund à Gladbach ?

le
0
Effet Dortmund à Gladbach ?
Effet Dortmund à Gladbach ?

L'enjeu du match face à Hambourg est bien plus important qu'il n'y paraît pour le Borussia Mönchengladbach : une défaite laisserait les Fohlen à 0 point sur 12 quatre jours avant de retrouver la Champions League. Cela enfoncerait qui plus est les hommes de Lucien Favre encore plus bas dans les méandres de la Bundesliga

0 sur 9, quatre buts encaissés pour deux inscrits seulement – et même pas par des attaquants La saison du Borussia Mönchengladbach commence bien loin de celle de l'an dernier. Frais, beaux joueurs, talentueux, les gars de Lucien Favre avaient alors bouleversé les habitudes allemandes en empruntant la Ligue des Champions à Schalke et à Dortmund. Bien entendu orphelin de Kruse et Kramer, mais ayant malgré tout transféré 3-4 valeurs sûres de Bundesliga, le Borussia ne décolle pas. Mais bon Dieu, qu'est-ce qui cloche chez les Fohlen en cette fin d'été ?

Tué dans l'œuf le Borussia


15 août dernier, Gladbach se fait rouler dessus par l'autre Borussia, celui de Dortmund. Plombés trois fois en 30 grosses minutes, Jantschke et les siens ne parviennent pas à respirer une seconde et se font définitivement étouffer en deuxième période. Huit jours plus tard, c'est Mayence – vainqueur du panier à crabes du ventre-mou la saison passée – qui vient faire tomber les Fohlen dans leur antre, au Borussia Park. La suite, c'est une nouvelle défaite contre un Werder Brême pas fou et qui profite de la faible opposition pour l'emporter en marquant seulement ses deuxième et troisième buts Tomber contre le grand Dortmund, ok personne ne peut les blâmer pour ça. Mais comment expliquer pareilles ‘déroutes' face à Mayence et le Werder, deux équipes plutôt habituées à la deuxième partie de tableau ?

Le turnover en cas de blessure ?


Bon, déjà, on peut écarter l'éventuelle fatigue : on est en début de saison, impossible d'être déjà crevé, d'autant que Lucien Favre est un adepte du turnover qui permet à ses joueurs de ne pas tomber de fatigue après quelques enchaînements d'entraînements et de matchs. Cependant, les récentes blessures de Fabian Johnson, d'Alvaro Dominguez, de Martin Stranzl (revenu depuis) et de Patrick Herrmann, blessé la semaine dernière en amical, ont compliqué la tâche du technicien suisse. "C'est toujours pareil, lance Stéphane Stassin, Fohlen de 1999 à 2003. Quand un entraîneur prend la décision de faire tourner et que cela fonctionne, tout est parfait. Mais dès que les résultats sont moins bons, on le saque." Stassin défend ainsi la technique de rotation de Favre, prétextant qu'elle permet de tenir les joueurs éveillés en toute circonstances. "Cela permettra peut-être à un gars comme Thorgan Hazard de pouvoir s'imposer en…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant