Effarée, la Grèce découvre sa police noyautée par Aube dorée

le
1
Des manifestants antifascistes déploient une banderole au pied de l'Acropole, à Athènes, en 2012.
Des manifestants antifascistes déploient une banderole au pied de l'Acropole, à Athènes, en 2012.

L'idée d'une connivence entre police et Aube dorée, ce parti néonazi entré au Parlement grec en juin 2012 et représenté par 18 députés, n'est pas nouvelle. Quand un citoyen victime d'un vol, d'un braquage ou d'un cambriolage, se tournait vers les forces de l'ordre, ces dernières n'hésitaient pas à le renvoyer vers Aube dorée, comme nous l'écrivions l'an dernier.

Depuis l'assassinat de Pavlos Fyssas, rappeur membre d'un groupuscule d'extrême gauche Antarsia, les Grecs découvrent un tout autre visage de cette troisième formation politique. Les langues se délient, et les témoignages d'anciens membres du parti publiés dans la presse hellénique sont effrayants. Un exemple, dans la banlieue de Nikéa, au sud-ouest d'Athènes, théâtre du crime politique de ce rappeur, le parti disposait d'une véritable section d'assaut. À la tête de cette section, formée par des militaires de l'Ekam (le RAID grec), le député régional d'Aube dorée. Ce dernier donnait l'ordre de passer à tabac des migrants ou mettait en place de véritables bastonnades.

Chute dans les sondages

Leur slogan simplissime, "la Grèce aux Grecs", ne les a pas empêchés de dériver vers des méthodes mafieuses. Ainsi, cette organisation paramilitaire rassemblait des vêtements auprès de la population pour officiellement les distribuer aux plus démunis, mais en fait, ils les donnaient à des Pakistanais afin qu'ils puissent les revendre sur les marchés tout en prélevant une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le mercredi 2 oct 2013 à 14:54

    La Grèce aux Grecs, oui, et hors de l'€, surtout !Effarés par Aube Dorée...ne l'ont pas vu venir, c'est cela oui.Par contre nous on sent très bien passer les 68 Milliards qu'ils nous ont pom-pé.