EELV : Placé prêt à entrer au gouvernement contre l'avis de son parti

le
6
EELV : Placé prêt à entrer au gouvernement contre l'avis de son parti
EELV : Placé prêt à entrer au gouvernement contre l'avis de son parti

«Effectivement, nous nous sommes un peu cornerisés en donnant une image de chasse aux maroquins.» Ainsi parlait Jean-Vincent Placé en mai 2012, au lendemain de l'élection de François Hollande à la présidence de la République. Raillé pour avoir montré son envie d'entrer au gouvernement avec un peu trop d'empressement, le chef de file des sénateurs écologistes avait concédé ce «mea culpa». Trois ans ont passé et Placé veut toujours en être. Il le redit, ce vendredi, dans une interview à liberation.fr.

Mais à la différence du printemps 2012, lorsque les cadres d'EELV s'accordaient sur la participation gouvernementale, cette question divise le parti comme jamais. D'un côté, Cécile Duflot, qui a claqué la porte après l'arrivée de Manuel Valls à Matignon, ne retient plus ses coups contre le duo exécutif, et se tourne vers le Front de gauche et les frondeurs PS. De l'autre, les présidents des groupes EELV à l'Assemblée et au Sénat, Barbara Pompili, François de Rugy et Jean-Vincent Placé, partisans d'un retour dans ce gouvernement comme... 92% des sympathisants écologistes, selon un récent sondage Odoxa pour l'émission CQFD d'i-Télé et «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France».

«Duflot est dans un ni-ni: ni gouvernement, ni opposition de gauche

Ce vendredi, Placé franchit un pas supplémentaire : «Ceux qui souhaitent participer au gouvernement sont majoritaires parmi les parlementaires (EELV). Si les dirigeants d'EELV décident l'inverse de ce que souhaitent nos électeurs et leurs élus, c'est de leur responsabilité. Nous prendrons les nôtres.» Il va plus loin encore, lorsqu'on lui demande s'il «pourrait passer outre une décision du parti». Le chef de file des sénateurs écolos lâche alors : «Face aux enjeux actuels et compte tenu de la morale et l'éthique de responsabilité qui sont les nôtres, ce n'est pas une contrainte qui s'impose.»

Quant à la députée Cécile Duflot, très critique envers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gpienss le mardi 7 avr 2015 à 13:34

    Virer moins ça de EELV !

  • mipolod le mardi 7 avr 2015 à 01:50

    Les social.os n'ont toujours rien compris : les électeurs ne veulent plus d'une politique socialiste. Ils ne veulent plus des gens de gauche de la gauche (type les frondeurs) mais les virer vite et le plus tôt sera le mieux !

  • M2266292 le samedi 4 avr 2015 à 18:37

    placé est prêt à tout pour être ministre, il assure son avenir

  • M8252219 le samedi 4 avr 2015 à 11:15

    LA SOUPE EST BONNE adieu les convictions

  • LeRaleur le samedi 4 avr 2015 à 10:58

    La soupe est bonne. D'un côte 2% et ministre, Verts et PC. De l'autre, 25% et 2 députés. Et la France se dit démocratique, la bonne blague.

  • M8129092 le samedi 4 avr 2015 à 10:30

    les verts n'ont qu'a le virer,c'est le plus simple