EELV: le réquisitoire de Daniel Cohn-Bendit

le
1
L'eurodéputé, qui parle du parti écologiste comme d'une «structure pyramidale autoritaire», rappelle les responsabilités des ses leaders dans l'essoufflement du mouvement.

A la veille du changement à la tête d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) - Pascal Durand est pressenti pour remplacer Cécile Duflot - Daniel Cohn-Bendit livre un réquisitoire acéré sur ce parti «hiérarchique et autoritaire» et évoque un possible départ.

Dans un entretien donné à Libération vendredi, l'eurodéputé et cofondateur d'EELV explique que l'image du parti «est devenue détestable». «Aujourd'hui, nous incarnons souvent l'insoutenable légèreté de l'arrivisme», déclare-t-il.

Dans ses reproches sur la «perte d'orientation» de sa formation, Daniel Cohn-Bendit n'épargne personne mais fait néanmoins son autocritique. «Je suis un des coupables, explique-t-il. Quand j'ai déclaré que l'important, pour EELV, était d'avoir un groupe à l'Assemblée et au Sénat, et pas de concourir à la présidentielle, je n'ai pas eu l'énergie et la lucidité de proposer une candidature ou la mienne».

«Une course aux maroquins détestable»

Pour lui, la première responsabl

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ross007 le vendredi 22 juin 2012 à 13:13

    Vas-y Dany!