EELV attend des orientations claires sur l'environnement

le
2
EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS VEUT DES ORIENTATIONS CLAIRES SUR L'ENVIRONNEMENT
EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS VEUT DES ORIENTATIONS CLAIRES SUR L'ENVIRONNEMENT

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Pour être une réussite, la conférence environnementale qui s'ouvre vendredi à Paris devra fixer un cap clair en matière de transition écologique et déboucher sur des mesures concrètes, selon Europe Ecologie Les Verts (EELV).

La formation écologiste, dont une dizaine d'élus vont participer aux débats chapeautés par le gouvernement, juge qu'à ce stade, aucune feuille de route n'a été définie par l'exécutif.

"J'attends du président de la République et du Premier ministre qu'ils fixent des orientations extrêmement fortes sur le nouveau modèle qu'ils entendent porter", a dit lors d'une conférence de presse Pascal Durand, le secrétaire national d'EELV.

"Après, en ce qui concerne la conférence environnementale en elle-même, j'espère que nous allons définir quelques mesures immédiates qui sont des marqueurs", a-t-il ajouté.

Pour le patron des écologistes, cette conférence, qui a lieu cinq ans après le Grenelle de l'environnement, doit éviter l'écueil du "simple rendez-vous d'expertise", et constituer le véritable "rendez-vous de la société avec la transition écologique".

EELV espère ainsi que les deux jours de débat feront le lien entre les questions économique, industrielle, sociale et environnementale.

"Je voudrais que cette conférence confirme que le dialogue environnemental aura dorénavant le même rôle dans notre société que le dialogue social", résume le député Denis Baupin, invité à la table ronde sur la transition énergétique.

La participation de la présidente du Medef Laurence Parisot à la conférence constitue à ce titre un "bon signal", estime-t-il. Même s'il reste beaucoup à faire pour convaincre les syndicats, de salariés et de chefs d'entreprises, de la nécessité de la transition écologique, souligne Pascal Durand, qui voit le patronat français comme "le plus réactionnaire et le plus rétrograde" d'Europe.

L'objectif affiché de la conférence environnementale est de préparer les débats de deux grandes lois cadres promises par François Hollande : la transition énergétique et la protection de la biodiversité.

"OÙ ON VA"

Mais il faut aller au-delà d'une "conférence de la méthode", et fixer des orientations précises, juge Pascal Durand.

"Je n'ai pas besoin d'un président de la République qui se contente de nous expliquer la méthode", a-t-il dit jeudi. "Le discours de la méthode est important, mais cette étape-là, ça suffit. La seule chose que, maintenant, je lui demande, c'est de nous dire où on va", a-t-il ajouté.

D'après plusieurs sources, la conférence environnementale ne devrait pas faire l'économie de mesures d'"urgence" destinées notamment à soutenir les filières éolienne et photovoltaïque françaises.

EELV attend du gouvernement un "fléchage des investissements", notamment dans le cadre de la future Banque publique d'investissement (BPI), et une réorientation de la fiscalité vers les énergies renouvelables.

Mais aussi, pourquoi pas, un moratoire sur les gaz et huiles de schiste, ou encore un calendrier précis d'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), que François Hollande a promis de fermer sous ce quinquennat.

Il s'agit de "construire la confiance", souligne Elise Lowy, porte-parole d'EELV. Pour beaucoup d'associations, le Grenelle de l'environnement, organisé en 2007 par Nicolas Sarkozy, n'a pas tenu ses promesses.

Pourtant, pas question d'évoquer un risque de rupture avec les socialistes si les orientations fixées par l'exécutif n'allaient pas dans le sens souhaité par EELV.

"Nous ne sommes pas des passagers de seconde classe, on n'est pas assis sur des strapontins, en permanence à la limite de la rupture", insiste Pascal Durand.

Seule ligne jaune pour les écologistes : l'accord passé avec le PS avant les législatives. "On est rentré sur une base contractuelle et en aucune manière elle ne peut être unilatéralement remise en cause par l'un des deux signataires", ajoute-t-il.

Edité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le jeudi 13 sept 2012 à 16:58

    Tu parles d'une bande de ONC. Lutter contre la pollution alors que la Chine, l'Inde et les autres sous-développés s'en foutent éperdument. Qu'on lutte d'abord contre la pollution nationale et ensuite on s'attaquera à la transnationale dans 100 ans.

  • testatio le jeudi 13 sept 2012 à 16:32

    Pour imposer ses idées, fallait prendre le ministère de l'envirronement et pas le refuser. Mais le prendre, ca aurait été de montrer leur incapacité à bouger les choses. C'est tellement plus simple de critiquer.EELV devrait être à l'écologie que le gouvernement soit de droite ou de gauche...