EELV : 2016, année de la refondation... ou de la disparition

le
5
EELV : 2016, année de la refondation... ou de la disparition
EELV : 2016, année de la refondation... ou de la disparition

«On est sous perfusion...» Ces mots d'un cadre d'Europe-Ecologie-les Verts résument l'état d'esprit dans le parti en ce début d'année. Après l'annus horribilis 2015, marquée par la sécession des pro-gouvernement et l'échec des régionales, EELV connaît sa plus grave crise depuis sa création il y a six ans. 

«2016 sera une année charnière», a expliqué ce vendredi matin la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse lors de ses voeux à la presse. Ce week-end, lors d'un conseil fédéral, la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse va tenter de remotiver les troupes et de réparer les pots cassés pour que 2016 soit l'année de la refondation et non celle de la fin du parti. «Tout peut arriver», reconnaît un élu.

Emmanuelle Cosse promet de tirer «un bilan sans concession» des mois passés. Au sein du parti, personne ne peut se sentir conforté par les résultats électoraux, ceux qui ont choisi l'alliance avec la gauche du PS ou les autres, partout l'échec a été quasiment le même. «L'avenir de l'écologie passe par l'indépendance vis à vis des socialistes et de l'autre gauche» a déjà affirmé la secrétaire nationale lors de ses voeux alors que le ressenti contre le PS grandit au sein du parti, notamment après le projet sur l'élargissement de la déchéance de nationalité.

La stratégie présidentielle fixée en juillet 2016

«Notre stratégie électorale a été illisible et nous l'avons payé», avait-t-elle déjà expliqué il y a quelques jours dans l'Obs. Emmanuelle Cosse fait également un sort à la stratégie de rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon initiée par Cécile Duflot : «L'opposition de gauche est une impasse.»

«On s'est fait piéger par le débat des vieilles gauches», décrypte un proche. D'où la position défendue par la secrétaire nationale d'une «écologie indépendante». «Une fois de plus, elle n'est pas claire, peste un élu proche de Cécile Duflot. Cette stratégie du ni-ni (ndlr : ni ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 11 mois

    Demandez à votre chien s'il souhaite partager sa gamelle......demandez lui aussi si à son avis un chat a le droit de vivre.....ben voui l'écologie c'est ça, c'est le réalisme de la vie et le respect de l'environnement pour que les meilleurs survivent. Tout à fait à l'opposé des théories écolos, struggle for life........

  • frk987 il y a 11 mois

    Un parti écolo a par définition l'INTERDICTION de pactiser plus avec la gauche que la droite , les petits zoiseaux sont apolitiques et tant que ces déments seront de gauche ils pourront aller se faire........

  • M4590873 il y a 11 mois

    Je suis écolo mais je n'ai pas besoin d'un parti pour défendre mes convictions dans ce domaine mais d'hommes compétents et actifs dans le parti qui me représente le mieux d'une manière générale: sinon il faudrait un parti des jeunes, un parti des vieux , un parti des pauvres,...

  • d.gui44 il y a 11 mois

    disparition, sans soutient ils ne sont rien

  • M940878 il y a 11 mois

    disparition serait bien , mais les parasites se reproduisent toujours