Edward Snowden interpelle Vladimir Poutine sur la surveillance russe

le
0
Edward Snowden interpelle Vladimir Poutine sur la surveillance russe
Edward Snowden interpelle Vladimir Poutine sur la surveillance russe

C'était l'invité inattendu de la séance annuelle de questions-réponses du président russe. L'ancien consultant de l'Agence américaine de sécurité (NSA) Edward Snowden, inculpé pour espionnage dans son pays et réfugié en Russie, a posé ce jeudi une question par vidéo à Vladimir Poutine sur l'étendue des activités de surveillance de la Russie.

Alors que la séance, diffusée en direct sur la chaîne Pervyi Kanal, durait déjà depuis près de deux heures, la présentatrice du programme a tout à coup annoncé une question «inattendue, voire sensationnelle, d'une personne ayant mené une véritable révolution de l'information». «C'est justement ce dont on a besoin», a alors ironisé Vladmir Poutine avant que le jeune visage d'Edwrad Snowden apparaisse sur un écran géant. 

«Est-ce que la Russie intercepte, stocke ou analyse d'une quelconque façon les communications de milliers d'individus?», interroge l'Américain. Visiblement peu surpris, Vladimir Poutine rétorque d'une voix impassible : «Cher M. Snowden, vous êtes un ancien espion et j'ai eu des liens avec les services de renseignement, alors je vais vous parler dans le langage des professionnels». Et l'ancien membre du KGB soviétique de poursuivre : «Des moyens modernes sont utilisés pour les enquêtes criminelles et notamment terroristes, mais nous ne le permettrons pas à une échelle massive, j'espère vraiment que nous ne nous le permettrons jamais». Et le président russe de tacler les Etats-Unis : «De plus, nous n'avons ni les moyens ni l'argent des Etats-Unis».

VIDEO. Surveillance : Snowden interpelle Poutine à la télévision

Snowden, réfugié en Russie depuis huit mois

Inculpé d'espionnage par Washington, Edward Snowden, qui est à l'origine de multiples révélations sur la NSA, s'est vu octroyer en août le statut de réfugié en Russie pour un an, après avoir passé plus d'un mois dans la zone de transit de l'aéroport ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant