Edward Snowden "craint pour sa vie", selon son avocat russe

le
0
Edward Snowden "craint pour sa vie", selon son avocat russe
Edward Snowden "craint pour sa vie", selon son avocat russe

L'avocat russe de l'ex-consultant de l'Agence américaine de sécurité (NSA) Edward Snowden a déclaré mardi que le fugitif craignait pour sa vie après avoir été menacé sur un site internet par des responsables américains dont l'identité n'a pas été révélée."Les menaces sur sa vie sont réelles. Elles existent vraiment", a déclaré Anatoli Koutcherena, qui lui sert de porte-parole, à la chaîne de télévision Vesti.L'avocat a dénoncé des déclarations constituant des appels à "des représailles physiques contre Edward Snowden".Inculpé d'espionnage par Washington, l'Américain à l'origine de multiples révélations sur la NSA s'est vu octroyer en août le statut de réfugié en Russie pour un an, après avoir passé plus d'un mois dans la zone de transit de l'aéroport Moscou-Cheremetievo.L'ex-conseiller de la NSA, auquel les autorités américaines avaient retiré son passeport, n'a fait aucune apparition publique depuis qu'il a obtenu l'asile en Russie. L'avocat Anatoli Koutcherena a expliqué à plusieurs reprises qu'Edward Snowden était en danger et que des gardes du corps devaient assurer sa sécurité.Dans ses nouvelles déclarations, l'avocat russe semble faire allusion à un article diffusé la semaine dernière par le site d'informations populaires BuzzFeed, intitulé "Des espions américains veulent la mort d'Edward Snowden".L'article citait un responsable du Pentagone clamant : "J'adorerais mettre une balle dans sa tête"."Dans un monde où il n'y aurait pas de restrictions pour tuer un Américain, j'y irais et je le tuerais moi-même", a ajouté un analyste de la NSA.Selon Me Koutcherena, "Edward considère cela comme de véritables menaces sur sa vie".L'avocat a ajouté qu'il comptait demander aux autorités américaines d'enquêter sur ces publications et éventuellement de réclamer à ce média de révéler l'identité de ses sources."Nous allons demander que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant