Education : une carotte pour les décrocheurs

le , mis à jour à 10:04
10
Education : une carotte pour les décrocheurs
Education : une carotte pour les décrocheurs

Ils quittent les bancs de l'école sans avoir obtenu le diplôme qui couronne leur formation. Souvent, ils ne l'ont même pas tenté. Cent dix mille élèves, soit près d'un jeune sur six, sortent aujourd'hui du système scolaire les mains vides. Parmi ces « décrocheurs », une grande partie de boursiers. Pour ramener ces derniers en classe, le gouvernement joue le tout pour le tout en brandissant une prime financière, à partir de la rentrée 2016.

 

Tout élève boursier âgé de 16 à 18 ans qui reprendrait ses études après les avoir interrompues au moins cinq mois pourra ainsi se voir verser, en trois trimestres, une bourse de 600 €. Elle s'ajoutera à la réactivation de son dossier d'aides sociales (environ 400 € par an).

 

La mesure, annoncée en avril par Matignon, a été votée jeudi soir à l'unanimité moins deux voix par le Conseil supérieur de l'éducation (CSE). Le même soir, l'instance consultative a également acté la revalorisation de 10 % des bourses de lycée (+ 63 € par an).

 

La prime au retour : une récompense aux décrocheurs ? « Non, rétorque le ministère. Il s'agit au contraire d'une incitation à raccrocher. Elle s'inscrit dans la droite ligne du plan de lutte contre le décrochage scolaire. » « Un investissement » bien en deçà de ce que coûtent les conséquences du décrochage à la société, chômage en tête. Un coût estimé par le ministère à 230 000 € pour chaque jeune abandonnant le système.

 

« C'est un encouragement, mais cela ne suffira pas à enrayer le processus », estime la secrétaire générale adjointe du Snes, premier syndicat des enseignants de second degré. Pour Valérie Sipahimalani, « le problème des décrocheurs est qu'ils ne trouvent pas de formation qui les accepte lorsqu'ils décident de reprendre leurs études. Ils ne sont pas prioritaires. Alors ils finissent souvent par renoncer ». Même son de cloche au Snalc, l'autre syndicat du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 il y a 6 mois

    A LIRE : http://www.ifrap.org/fonction-publique-et-administration/revalorisation-du-point-de-fonction-publique-chere-et En annonçant une augmentation de 1,2% du point de fonction publique en deux vagues à compter du 1er juillet 2016 (+0,6%) puis au 1er février 2017 (+0,6%) pour 2,4 milliards d'euros au total, le gouvernement fait le choix délibéré de ne pas « tenir » sa masse salariale. En tout pour le début d'année 2016 plus de 6 milliards d'euros de cadeaux aux privilégiers

  • M3366730 il y a 6 mois

    Allez, jettons l'argent par les fenêtres : "cela ne coûte rien, c'est l'état qui paie" !!!!!

  • 2445joye il y a 6 mois

    Vouloir faire travailler un bran.leur endurci est une cause perdue d'avance.

  • M8252219 il y a 6 mois

    Les carottes c'est bon pour les lapins et à ce stade , les hommes c'est comme les lapins ça s'attrape par les oreilles

  • M1961G il y a 6 mois

    hollande encourage tout ce qui est mauvais . en france , le bon français paye pour les autres , mais pour combien de temps . on va payé un mauvais élève et décourager un bon . hollande encourage le vis , les casseurs . la révolution est proche.......

  • sarestal il y a 6 mois

    On marche sur la tête en france !

  • 72805271 il y a 6 mois

    Du grand n'importe quoi, comme souvent. Les décrocheurs ce sont les mêmes qui passent leur temps dans les manifs. Prenez le cas de l'UNEF, son principal représentant devrait avoir son diplôme depuis longtemps mais il lutte contre la loi travail. Il n'a rien compris, il pense qu'on va l'obliger à travailler.

  • dhote il y a 6 mois

    A l'époque des Maitres en blouse grise et en cravate il y avait moins de décrocheurs !! Pourquoi?

  • CHANOMAR il y a 6 mois

    n importe quoi des bourse pour attendre le rsa des assistée certain ne veulent plus bosser pas rentable par rapport au aides

  • M8252219 il y a 6 mois

    Pour avoir déresponsabilisé les parents depuis des décennies sous prétexte de socialisme ou seul les politiques vont s'occuper du mal de vivre du peuple ; on verra bientôt proposer des allocs dès le berceau après analyse génétique !!!