Education nationale : trop de classes sans profs

le , mis à jour à 08:10
8
Education nationale : trop de classes sans profs
Education nationale : trop de classes sans profs

Quel paradoxe ! Voilà des années que l'Education nationale n'avait pas créé autant de postes de professeur remplaçant... et pour la deuxième fois en moins de trois mois, la première fédération de parents d'élèves, la FCPE, classée à gauche, tire la sonnette d'alarme : 20 000 journées ont été manquées en France depuis le début de l'année scolaire, selon l'association, qui invite ses adhérents et les élèves à inonder les réseaux sociaux de selfies, jeudi, avec la phrase clé « Y a pas de prof ».

Comment est-ce possible ? Chez les spécialistes des coulisses de l'école, on avance que se font encore sentir les années de vaches maigres du quinquennat de Nicolas Sarkozy, pendant lequel 10% des effectifs remplaçants (soit 2600 emplois) ont été rayés de la carte. Pourtant, « 2172 postes de remplaçant ont été recréés depuis 2013, avec une forte montée en puissance année après année qui se poursuivra sur les rentrées 2016 et 2017 », martèle la Rue de Grenelle. Selon le Snuipp, le premier syndicat dans le primaire, plus de 900 de ces emplois ont en fait été absorbés par des dispositifs d'allègement des horaires, pour les maîtres des zones d'éducation prioritaire.

A cela s'ajoute une cruelle réalité mathématique : la création de nouvelles classes prévue par le gouvernement engendre... « un plus grand nombre de personnes à remplacer », glisse ce cadre de rectorat, sous couvert d'anonymat. « Sur le terrain, on ne voit pas d'amélioration, et il existe de grandes disparités selon les académies », affirme Valérie Marty, qui dirige l'autre grande fédération de parents, la PEEP, elle aussi excédée. « Quand on parle de refonder l'école, le minimum est d'avoir un enseignant devant chaque classe ! »

Ils manquent à l'appel 6,6 jours par an en moyenne

Sauf que cette équation ressemble à la quadrature du cercle. Non que les profs soient spécialement absentéistes : ils manquent à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a 8 mois

    Ils ne peuvent pas tirer au ku à longueur d'année et être en même temps au boulot.

  • ANOSRA il y a 8 mois

    Il est vrai que l'absentéisme dans les inspections académiques en surnombre, ça se voit moins, d'autant plus qu'ils ne savent pas à quoi ils servent !

  • M8252219 il y a 8 mois

    À une certaine époque la grande muette c'était l'armée.Mais pour le grand silence "c'est l'éducation nationale" un entre-soi bien utilisé et bien compris.

  • JODHY il y a 8 mois

    il faut créer la brigade des remplaçants de remplaçants

  • pichou59 il y a 8 mois

    où sont les enseignants qui n'enseignent pas??????? mutuelles syndicats.....etc...... vive la république

  • M8252219 il y a 8 mois

    Le mammouth perd ses poils , pas sa graisse.

  • M8252219 il y a 8 mois

    3500 remplaçants qui ne remplacent jamais: GESTION DE GRIBOUILLES OU DE PETITS BUSINESS entre copains ?????

  • M8252219 il y a 8 mois

    ET 95000 ENSEIGNANTS SANS AFFECTATION DEVANT LES ÉLÈVES ou sont-ils que font-ils et pour qui ???????