Education nationale : promesses tenues ?

le
0
Education nationale : promesses tenues ?
Education nationale : promesses tenues ?

L'école a-t-elle véritablement changé en cinq ans ? A huit mois de la présidentielle, retour sur les promesses, tenues ou non, du quinquennat de François Hollande.

 

La refonte des rythmes scolaires

 

Portée par Vincent Peillon, à l'origine, la mesure n'était qu'une première réforme — et pas forcément la plus importante — visant à rétablir la semaine de cinq jours d'école, disparue entre 2008 et 2012. Vite, elle s'est enlisée dans la polémique avec l'introduction de temps d'activités périscolaires gérés par les communes après la classe, ouvrant un champ de bataille entre l'Etat et les collectivités, les profs et les animateurs, avec, au milieu, des parents peu convaincus de l'intérêt d'un tel remue-ménage. La réforme est en place mais reste critiquée pour son coût et son intérêt inégal selon les territoires. Un tiers des communes demandent cette année aux parents une contribution financière pour les animations proposées.

 

Les créations de postes

 

C'était l'engagement 36 des 60 propositions du candidat Hollande en 2012 : créer 60 000 postes en cinq ans couvrant (on a peu retenu cette nuance) tous les métiers de l'éducation et pas seulement celui d'enseignant. Il manque encore, selon les chiffres ministériels, 11 662 postes, à combler pour la rentrée 2017. « Ils n'y arriveront qu'en incluant les emplois d'assistants d'éducation (NDLR : les surveillants), ce qui ne se faisait pas jusqu'ici », grince le Snes, premier syndicat du secondaire, qui ajoute : « Au-delà des budgets, on a du mal à voir sur le terrain l'effet des postes créés. » Au lycée, il a fallu absorber la hausse démographique liée aux bébés de l'an 2000 (+ 141 836 élèves ces trois dernières années). A l'école, les suppressions de classes sont moins nombreuses mais des difficultés structurelles demeurent pour remplacer les profs absents en cours d'année.

 

Le nouveau collège

 

La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant