Education nationale : l'Île-de-France et les maths délaissées par les enseignants

le
0
Education nationale : l'Île-de-France et les maths délaissées par les enseignants
Education nationale : l'Île-de-France et les maths délaissées par les enseignants

Des problèmes, ciblés mais criants, persistent dans les affectations d'enseignants : telle est l'une des principales conclusions qui ressort du dernier Bilan social du ministère de l'Education nationale, établi pour l'année scolaire passée, en 2013-2014. Concrètement : le recrutement de 14000 enseignants supplémentaires à la rentrée 2013, par rapport à l'année précédente, pour un total de 860 000, n'a pu bénéficier ni à tout le territoire, ni à toutes les matières enseignées.

D'un point de vue géographique, une quinzaine d'académies sont en situation de déficit, avec plus de demandes de départ que de candidatures. Et dans ce domaine, à l'exception de Paris, l'Île-de-France détient la palme. Dans les académies de Versailles (Yvelines, Hauts-de-Seine, Essonne et Val-d'Oise) et de Créteil (Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne), lorsque cinq enseignants demandent une nouvelle affectation dans une autre académie, il n'y a, au mieux, que deux candidatures pour occuper les postes libérés. Ainsi nationalement, dans le 1er comme dans le 2nd degré, près de la moitié des demandes de mobilité annuelles sont déposées par des enseignants d'Île-de-France souhaitant quitter leur département (écoles maternelles et primaires) ou leur académie (collèges et lycées).

La Seine-Saint-Denis, toujours le parent pauvre...

Le rapport confirme le manque d'attractivité du département de la Seine-Saint-Denis. C'est même d'une extrême répulsion qu'il faut parler, notamment dans le 1er degré. Selon le journal «Les Echos», quand un professeur postule à une affectation dans le «9-3», il y en a 330 qui demandent à quitter le département ! Un v½u qui n'a que peu de chances d'aboutir puisque, au final, 15 enseignants quittent le département lorsqu'un vient s'y installer. En moyenne nationale, près d'une demande sur quatre est satisfaite dans le 1er degré, plus de deux sur cinq pour le 2nd.

... les maths ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant