Éducation nationale : l'échec du recrutement des enseignants

le
7
Seuls 793 candidats ont été admis au capes de mathématiques pour 1 592 postes à pourvoir.
Seuls 793 candidats ont été admis au capes de mathématiques pour 1 592 postes à pourvoir.

Il s'agissait de l'une des mesures-phares du projet de refondation de l'école de l'ancien ministre de l'Éducation François Peillon : la création de 21 000 postes d'enseignant titulaire durant le quinquennat. Pour cela, Vincent Peillon, avant son remplacement Rue de Grenelle par Benoît Hamon en mars, avait donc décidé d'intercaler une session de recrutement exceptionnelle entre les deux prévues chaque année. Il n'en fallait pas moins pour remplacer les départs à la retraite et pourvoir les milliers de postes promis par le président, et maintenus par le nouveau Premier ministre, Manuel Valls. Mais les résultats du concours externe du capes viennent de tomber, et les promesses se heurtent à la réalité du terrain. La moitié des postes non pourvus en mathématiques Pour le secondaire, les résultats, publiés par Publinet par discipline et par concours, ne sont pas bons. En mathématiques, la moitié des postes ne sont pas pourvus, puisque dans cette discipline déjà qualifiée de "déficitaire", il n'y a eu que 793 admis en liste principale pour 1 592 postes à pourvoir. Le latin et le grec ne sont pas non plus épargnés, puisque seulement 156 candidats étaient admissibles au capes de lettres classiques pour 300 postes à pourvoir. Les résultats finaux après les oraux ne sont pas encore connus, mais le nombre d'admis y sera donc encore inférieur. Pour le primaire, les résultats, mis en ligne par académie, sont tout aussi mauvais puisque seulement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le jeudi 1 mai 2014 à 19:41

    Tout à fait M3435004. C'est une histoire sans parole et sans issue. J'ai pendant la période "école primaire" de mes enfants corrigé souvent les annotations des instits sur les cahiers ou autres carnets scolaires. Quand une institution est capable de "fabriquer" 20% d'illettrés en entrée en 6e, on peut légitimement se poser quelques questions...

  • knbskin le jeudi 1 mai 2014 à 11:55

    Ces sal.auds de l'Educ Nat sont incapable de "fabriquer" des profs de maths en nombre suffisant, alors que nous sommes les champions du monde de la médaille Fields : les talents sont là, et ces abr.utis (je parle de décideurs dans les couloirs du ministère, pas des profs de terrain) sont incapables de s'en servir. Il faut dire que l'Educ Nat paupérise et sous-paye les "bons" pour engraisser des inutiles et des parasites qui n'ont jamais vu un élève ni un étudiant, mais savent s'engraisser !

  • frk987 le jeudi 1 mai 2014 à 11:36

    Faut vraiment être ta.ré pour rester en France avec un bac+5

  • 2445joye le jeudi 1 mai 2014 à 11:14

    Mai 68 est passé par là et a durablement ruiné notre système éducatif qui était l'un des meilleurs au Monde.

  • M3435004 le jeudi 1 mai 2014 à 11:07

    janaliz vous rigolez pour ne pas pleurer...de rage devant le naufrage de la France provoquée par l'idéologie du non effort et de l'avachissement. L'"éducation" "nationale" gaucho-bobo-socialo est le plus grand fléau de ce pays.

  • blackmax le jeudi 1 mai 2014 à 11:05

    Très drolum

  • janaliz le jeudi 1 mai 2014 à 10:32

    Rigolam...