Éducation : mais où sont passés les profs ?

le
3
Éducation : mais où sont passés les profs ?
Éducation : mais où sont passés les profs ?

« Ce sont des avancées intéressantes... mais ce n'est pas Noël. » Voilà comment on accueille, à la fédération FCPE, le train de sept mesures présentées ce matin par la ministre de l'Education nationale, pour répondre au problème le plus crispant qui soit pour les parents d'élèves : les cours non assurés faute de professeur nommé ou de remplaçant disponible au pied levé.

 

Depuis la rentrée, selon le recensement partiel établi dans 60 départements par la FCPE, 4 700 jours de classe ont manqué, de la maternelle au lycée. Le chiffre fait l'effet d'un caillou dans la chaussure, pour la ministre. Difficile, en effet, de convaincre de l'efficacité de son bilan quand des parents manifestent devant les rectorats pour quémander ici un professeur de physique, là une enseignante d'espagnol.

 

 

Des besoins colossaux

 

Pourquoi ce hiatus ? Parce que l'Education est un animal gourmand. Les 54 000 nouveaux postes, créés depuis 2012, dans le plus gros budget de l'Etat, se voient assez peu sur le terrain. « On partait de loin : 80 000 postes ont été supprimés avant 2012, et la croissance démographique des élèves ajoutée à la remise en place d'une formation initiale pour les jeunes enseignants ont absorbé une grande partie des moyens », souligne Hervé-Jean Le Niger, de la FCPE. Sur le front spécifique du remplacement, les 5 000 postes de profs « volants » créés par le gouvernement ont du mal à combler les tous besoins.

 

Une gestion erratique

 

Même si les congés maternité sont importants, dans une profession féminisée à 81 % au primaire, les profs se classent parmi les bons élèves de la fonction publique, avec 6,6 jours de congé maladie par an en moyenne. Reste que la gestion de leurs absences est très disparate. Au primaire, « il arrivait jusqu'ici que plusieurs remplaçants se succèdent sur un même poste, ce qui était à juste titre inacceptable pour les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 4 mois

    6,6 jours d’arrêt maladie OK mais ils peuvent travailler 1/4 temps ou 1/2 temps ou un 3/4 temps . Le professeur principale d'une classe devrait impérativement être à plein temps ,sinon les élèves voient défiler des remplaçants: très mauvais !!!!

  • M8252219 il y a 4 mois

    Le ou la professeur principale devrait obligatoirement être à temps plein. Radier de l'éducation nationale les 35% de remplaçants qui ne répondent pas au convocation de remplacement . Remettre devant les élèves les 65 000 enseignants qui ne font jamais classe et sont employés en emplois fictifs auprès des associations et syndicats de gôche . LE MAMMOUTH EST IL INDOMPTABLE ?

  • M898407 il y a 4 mois

    Encore le résultat de l'incompétence et du laxisme aggravé de Belkacem ! Cette femme a réussi en quelques mois à détruire les valeurs, déjà réduites, de l'Education Nationale. Sourire en permanence ne suffit pas, sera t'elle jugée un jour pour démotivation des enseignants ?