Education : les profs français s'estiment mal formés à la pédagogie

le
0
Education : les profs français s'estiment mal formés à la pédagogie
Education : les profs français s'estiment mal formés à la pédagogie

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publie, ce mercredi, les résultats de son Enquête internationale sur l'enseignement et l'apprentissage (Talis), qui décrypte les conditions de formation et de travail des enseignants du collège. La France y participe pour la première fois. Plus de 200 000 enseignants de 34 pays ont répondu à cette enquête. Voici ce qu'il faut en retenir.

Des enseignants mal préparés.Seuls 6 profs sur 10 estiment être «bien préparés» ou «très bien préparés» en matière de pédagogie contre 9/10 en moyenne dans l'enquête. La France arrive en fin de classement. «Les compétences académiques sont bien acquises, mais pas les connaissances pédagogiques restent trop peu élevées. Les profs manquent de formation dans ce domaine. Ils utilisent, par exemple, très peu le travail en petits groupes ou individualisé en fonction des élèves», relate Eric Charbonnier. En revanche, bon point, neuf profs français sur dix maîtrisent leur matière.

La formation continue est moins développée qu'ailleurs. Au cours des 12 derniers mois précédent l'enquête, les enseignants ont participé durant 4 jours à des cours ou à des ateliers, soit deux fois moins que la moyenne Talis.

Les commentaires entre collègues sont quasiment inexistants. Près de 8 professeurs sur 10 n'assistent jamais à un cours de leurs collègues contre moins de 5/10 en moyenne dans les autres pays. «Les enseignants restent livrés à eux-mêmes. La collaboration entre collègues ou avec le chef d'établissement est trop peu développée», souligne Eric Charbonnier. Les commentaires provenant de sources externes en revanche - les fameux inspecteurs - sont beaucoup plus élevés en France qu'ailleurs : 70% contre 29% en moyenne dans l'enquête.

Une profession mal valorisée. Seuls 5 % des enseignants français pensent que leur métier est valorisé dans la société. Un constat très pessimiste ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant