Éducation : les notes dans le collimateur

le
0
Bruno Julliard, conseiller de Vincent Peillon, a parlé jeudi d'une « bataille culturelle » à mener dans ce domaine.

La question de l'évaluation et de la notation à l'école fait son chemin. Geste remarqué, Vincent Peillon a dépêché avant-hier son conseiller Bruno Julliard, par ailleurs adjoint au maire de Paris chargé de la jeunesse, au colloque annuel du méconnu «Mouvement contre la constante macabre», créé en 2003 et présidé par un professeur de mathématiques à Supaéro et chercheur en didactique, André Antibi.

Selon cette théorie de la «constante macabre», les professeurs répartiraient, inconsciemment, les élèves en trois tiers: les bons, les moyens et les mauvais. «Imaginons une classe excellente, avec un professeur excellent, explique André Antibi. Si, dans un tel contexte, toutes les notes sont bonnes, il est suspecté de laxisme. Il lui faut donc toujours une part d'élèves en échec», explique André Antibi dont l'association prône «l'évaluation par contrat de confiance», suivant lequel l'enseignant annonce en amont les notions à réviser, traitées préalablem

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant