Education : les familles critiquent le remplacement des enseignants

le
0
Education : les familles critiquent le remplacement des enseignants
Education : les familles critiquent le remplacement des enseignants

Les professeurs absents non remplacés, la déscolarisation après exclusion en conseil de discipline et l'enseignement privé hors contrat sont les principaux sujets de réclamations relevés dans le rapport 2012 de la médiatrice de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur, publié ce jeudi. L'année dernière, l'ensemble du nombre des réclamations a augmenté de 12%, à 10 327 demandes. C'est la troisième année d'affilée avec une hausse dépassant 10%. «L'existence d'un médiateur est entrée dans les m?urs», les gens sont «plus exigeants», explique la médiatrice, Monique Sassier.

Le non-remplacement d'absences courtes de professeurs a provoqué des réclamations «souvent assez virulentes», les familles estimant que l'école ne remplit pas son rôle, à savoir «donner à chaque élève le nombre d'heures de cours auquel il a droit». Pourtant, l'efficacité du système est plutôt bonne estime le rapport, car il «couvre» 96% des absences, dont 80% sont de courte durée. Les parents du primaire s'inquiètent du manque de stabilité et ceux du secondaire craignent pour les chances de réussite à l'examen et pour l'orientation.

La gestion des ressources humaines en question

La médiatrice prône notamment une «continuité pédagogique», avec recours au numérique ou au Centre de documentation et d'orientation (CDI), ainsi qu'une meilleure gestion des ressources humaines. Cette recommandation fait écho à un récent rapport de la Cour des comptes, qui dénonçait, non pas un manque d'enseignants, mais une mauvaise gestion des effectifs. La Cour suggérait une meilleure affectation des enseignants «en fonction de la réalité des postes et des projets d'établissements» ainsi qu'une «gestion de proximité des ressources humaines, communes au premier et au second degré». En début d'année, des parents d'élèves de Seine-Saint-Denis sont même allés jusqu'à demander l'instauration d'un droit opposable à l'éducation,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant