Education : les enseignants se disent en manque de reconnaissance

le
1
Education : les enseignants se disent en manque de reconnaissance
Education : les enseignants se disent en manque de reconnaissance

Les parents ont une bonne image des enseignants. De leur côté, les professeurs aiment leur métier. Mais si l'on gratte le vernis de cette image, il apparaît moins brillant, selon un sondage Opinion Way, réalisé pour l'association de parents d'élèves de l'enseignement libre (Apel) et l'enseignement catholique dans des établissements privés et publics révélé par France Info. 

Quelque 69% des parents conseilleraient ce métier à leur enfant car il permet de concilier vie professionnelle et vie privée (46%) avec une mission noble en préparant les générations futures à construire la société de demain (41%). En revanche, les professeurs ont une vision plus sombre : seulement 41% conseilleraient ce métier à leurs enfants. Mais surtout, une immense majorité des profs estime que leur métier n'est pas reconnu à sa juste valeur, socialement et financièrement. Pour eux, tout le travail invisible pour la préparation des cours, la mise en place des projets éducatifs est souvent négligé. Ils sont aussi 30% des enseignents à penser que la pénibilité du métier n'est pas prise en compte.

L'attractivité du métier d'enseignant vue par les parents et par les professeurs

Trio de tête des attente des parents : transmission des savoirs, des méthodes de travail et développement des compétences personnelles des enfants. Si les deux premiers points correspondent peu ou prou à ces souhaits, le développement des compétences personnelles et l'aide à l'acquisition de la confiance en soi sont les plus déficitaires dans le rapport entre les attentes et les opinions de la réalité.

Contrairement aux parents, les enseignants placent la transmission du goût à l'effort en tête de leur préoccupation alors que ce n'est pas une question prioritaire au quotidien. Comme les parents, ils voudraient développer les compétences personnelles des enfants avec, par exemple, des travaux en petits groupes ou dans des projets éducatifs. Ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3471006 le jeudi 10 avr 2014 à 09:15

    NORMAL CE SONT DES FEIGNASSES !