Éducation : les effets positifs du recrutement «sur profil»

le
0
REPORTAGE - Dans un quartier populaire du nord de Melun, le collège des Capucins bénéficie de trois de ces postes créés par le dispositif «Éclair».

Sabah Cariou, Arnaud Pousset et Olivier Le Dall: tous âgés de 32 ans, ces professeurs ont été recrutés depuis deux à trois ans au collège des Capucins dans les quartiers nord de Melun (Seine-et-Marne). Ils occupent ces fameux «postes à profil» ouverts dans les établissements Éclair.

Le collège correspond aux caractéristiques habituelles des zones sensibles: 70 % de ses 360 élèves sont d'origine défavorisée et 35 nationalités s'y côtoient. De 30 à 45 % des enfants entrant en sixième ont déjà un à deux ans de retard, énumère le principal, Laurent Déprez. Pour compenser ces difficultés, le collège a eu droit il y a deux ans à la transformation de trois emplois en postes sur profil et à la création de trois postes de «préfet des études» chargés chacun d'un niveau d'études.

Certains bénéficient d'une prime, les autres de décharges horaires. «J'ai donné un avis sur chaque candidat que j'ai reçu, six pour trois postes, et le rectorat m'a suivi dans

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant