Éducation : la répartition des moyens scolaires en question

le
0
INFOGRAPHIE - Un rapport d'observations provisoires émanant de la Cour des comptes, qui pointe une répartition géographique inégale sur le territoire des moyens d'enseignement, n'offre qu'une vision tronquée du problème

L'État français défavoriserait-il sciemment ses enfants les plus fragiles? C'est ce que semble affirmer un «rapport d'observations provisoires de la Cour des comptes» publié par Le Monde du vendredi 13 avril. D'après ces données, l'État dépenserait 47% de plus pour former un élève parisien qu'un élève de l'académie de Créteil. La différence est à ce point importante qu'on s'interroge: volonté délibérée ou incompétence totale? En fait, ce chiffre et une majorité de ceux mis en avant par ces «observations» méritent explication, tant ils tronquent la réalité et empêchent d'envisager les véritables problèmes de l'Éducation.

D'après les chiffres collectés par la Cour des comptes - qui ne constituent même pas un prérapport, mais un relevé de données que les sages de la Rue Cambon soumettent aux services de l'État pour décryptage -, l'État dépense 2861 euros par an pour l'enseignement d'un élève de primaire de l'académie de Créteil, contre 313

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant