Education : dis-moi où tu habites, je te dirai tes chances de réussite

le
0
Education : dis-moi où tu habites, je te dirai tes chances de réussite
Education : dis-moi où tu habites, je te dirai tes chances de réussite

Pour la première fois, le ministère de l'Éducation nationale publie, ce lundi, une carte détaillée par cantons des «zones à risques d'échec scolaire» dans l'Hexagone. Un outil qui va permettre aux académies de pouvoir répartir davantage de moyens sur les cantons les plus fragilisés de leur territoire.

Pour réaliser cette étude, les auteurs ont passé au crible sept critères : les revenus des foyers, le taux de chômage et de précarité de l'emploi, le niveau de diplôme des parents, la part des familles nombreuses (plus de 4 enfants) et monoparentales, ainsi que les conditions de logement.

Ces caractéristiques ont permis de dégager six classes de cantons. « Cela créé une extraordinaire mosaïque qui ne colle pas toujours avec l'étiquetage fréquent que l'on donne aux académies. Les risques d'échec scolaire peuvent fortement varier au sein d'un même département, note Gérard Boudesseul, l'un des auteurs, chercheur à l'université de Caen.

Pour vérifier l'impact de ces risques sur le décrochage scolaire, les chercheurs ont également publié une seconde carte mesurant le taux de «non-diplômés parmi les 15-24 ans non scolarisés».«On serait tenté de superposer les deux, mais ce n'est pas toujours possible, remarque Gérard Boudesseul. Il y a des similitudes et des différences. Maintenant, il va falloir trouver pourquoi.» Explications.

Ces endroits où les risques d'échec sont très forts

1. «Cumul de fragilités économiques, familiales, culturelles en milieu urbain», 379 cantons, 6,3 millions d'habitants de 15 à 64 ans.

Cette catégorie accumule tous les problèmes : un fort taux de chômage (11,1%), une grande proportion de familles nombreuses (2,5%) et monoparentales (11,2%). Plus d'un quart (28,4%) de sa population réside dans des logements sociaux et près de la moitié (45,8 %) des 45-54 ans - la génération des parents d'élèves - ne possèdent pas de diplôme. «Ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant